Michel Perdrial




Loïc Boyer
On trouvera ici de mes textes courts publiés depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze dans des revues littéraires en France (Supérieur Inconnu, Supplément d’Ame, Nouvelle Donne, Le Bord de l’Eau, Pris de Peur, l’Art du Bref, Sol’Air, Gros Textes, Salmigondis, Verso, Décharge, Bulle, Filigranes, Diérèse, Martobre, Comme ça et Autrement, (Cahier d’) Ecritures, La Nef des Fous), en Belgique (Traversées, Ecrits Vains, L’Arbre à Plumes, Inédit Nouveau, Bleu d’Encre), au Canada (Les Saisons Littéraires) et en Italie (Les Cahiers du Ru).

Les courageuses Editions du Chardon ont publié en mil neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Erotica, un recueil de vingt-huit de ces textes, illustré par Isabelle Pio et Antoine Lopez et préfacé par Sarane Alexandrian, toujours disponible auprès de moi.

Je suis également l’auteur d’une pièce de théâtre et de plusieurs romans ou récits à ce jour inédits.

Depuis le onze novembre deux mille six, je publie mon Journal via Internet, un temps sous-titré Persiflages, moquages et autres énervages mâtinés de complimentages et de contentages. Sa première partie est lisible chez Eklablog, la deuxième chez L’Imprimante.

Je vis au centre de Rouen dans un ancien monastère où autrefois les Sœurs de la Miséricorde se vouaient à l’éducation des jeunes filles.








Facebook
Mobile
Rss
            Lui vient entre les mains un texte de Michel Leiris issu du Ruban au cou d’Olympia. Un texte accumulatif qu’il lit et relit puis recopie sur du papier coloré :
                                                                                              Mon amante,
                                                                                              mon amie,
                                                                                              ma mascotte,
                                                                                              mon totem,
                                                                                              mon talisman,
                                                                                              ma manne,
                                                                                              mon chanvre indien,
                                                                                              ma mie,
                                                                                              ma mère,
                                                                                              ma mare aux fées,
                                                                                              mon murmure,
                                                                                              ma musique,
                                                                                              ma mire,
                                                                                              ma vigie,
                                                                                              ma terre,
                                                                                              mon rubis,
                                                                                              mon ruban,
                                                                                              ma rebelle,
                                                                                              ma lumineuse,
                                                                                              mon éclaircie,
                                                                                              mon embellie,
                                                                                              ma ribambelle,
                                                                                              ma moitié,
                                                                                              mon unique,
                                                                                              mon immédiate,
                                                                                              ma millénaire !
            Il s’essaie pour son amoureuse à faire de même et autrement :
                                                                                               Ma charmante,
                                                                                              mon tamis,
                                                                                              ma biscotte,
                                                                                              mon baptême,
                                                                                              ma p’tite woman,
                                                                                              ma musulmane,
                                                                                    ma charmeuse de serpent,
                                                                                              mon impie,
                                                                                              mon oiseau,
                                                                                              ma mare au diable,
                                                                                              ma berbère,
                                                                                              ma bernique,
                                                                                              ma lyre,
                                                                                              mon logis,
                                                                                              ma pierre,
                                                                                              mon fourbis,
                                                                                              mon turban,
                                                                                              ma toute belle,
                                                                                              mon amoureuse,
                                                                                              ma mielleuse,
                                                                                              mon enquiquineuse,
                                                                                              ma farandole,
                                                                                              ma demie,
                                                                                              mon tout,
                                                                                              ma châtelaine,
                                                                                              ma douleur !
            Il montre le résultat de ses cogitations à l’élue de son cœur qui le lit de tout son cœur.
            Elle lui dit, j’aime tout ce que tu écris, surtout si cela parle de moi, merci.
            Elle lui dit encore, j’aime beaucoup ma biscotte, ça donne envie de croquer et j’adore me faire croquer.
            Elle lui dit enfin, ma douleur, pourquoi ma douleur ?
            Il pense, parce que cela viendra, dans un mois, dans un an, un peu plus tôt, un peu plus tard, cela vient toujours.
            Mais il lui dit, c’est pour prendre du champ, élargir l’horizon, ouvrir l’éventail, un truc de littérateur.
                                                                           Michel Perdrial
(Ce texte a paru dans la revue Diérèse n°19 en octobre 2002.)

            Elle lui avait enfin parlé. Mais ça ne s’était pas passé comme elle l’avait imaginé. Et ce qui allait arriver maintenant à cause de cette maudite cassette la laissait interdite.
            Mais peut-être n’allait-il pas la regarder. Simplement l’extraire de sa cache et la poser délicatement à côté du magnétoscope, puis glisser dans la fente l’objet de son travail, prêt à prendre des notes, de cet air studieux qui lui allait si bien.
            Urbaniste, lui avait dit la gardienne de la résidence, et c’était vrai qu’avec ses lunettes cerclées, ses chemises blanches, ses cravates clin d’œil et ses costumes souples, elle le voyait très bien taillant dans les villes, détruisant, modelant, bâtissant à coups d’idées tranchées. Craquant, si mignon et si timide.
            Cela faisait deux mois qu’il s’était installé dans l’appartement au-dessus du sien, deux mois qu’elle l’entendait marcher sur sa tête, qu’elle découvrait ses habitudes et ses musiques élues.
            Parfois, ils se croisaient dans le hall d’entrée, juste le temps d’un demi-sourire, elle n’était pas plus hardie que lui.
            Ce soir-là, elle n’entendait aucun bruit à l’étage supérieur. Le souffle lui manquait à penser que, peut-être, en cet instant, il posait les yeux sur l’image de son corps. Nu.
            Le matin même, en ouvrant sa porte après le coup de sonnette, elle l’avait trouvé sur son paillasson, embarrassé et bredouillant.
            Il s’était embrouillé dans des phrases alambiquées. Elle avait fini par comprendre qu’il désirait savoir si elle avait un magnétoscope et si elle accepterait de le lui prêter pour la soirée afin qu’il visionne une cassette concernant la réhabilitation de Villeneuve. Elle lui avait confié l’appareil après s’être battue pour en démêler les câbles. La porte s’était refermée sur lui. Elle s’était alors demandé si cette histoire était vraie ou simplement un prétexte pour oser l’approcher. Et brusquement, elle avait senti son corps se vider de son sang.
            La cassette. Elle n’avait pas retiré la cassette insérée dans l’appareil. Elle avait failli courir à sa porte, puis s’était dit qu’il était peut-être déjà trop tard. Le temps d’y réfléchir et ce n’était vraiment plus la peine de bouger. Elle s’était allongée sur son lit pour reprendre ses esprits, les yeux posés sur ce fichu caméscope.
            C’étaient ses parents qui le lui avaient offert au dernier Noël et elle avait vite eu l’idée de s’en servir pour travailler la danse. L’appareil posé sur un escabeau, elle s’était filmée s’exerçant à reproduire les séquences étudiées lors de ses cours du mardi après-midi. Visionnant ensuite la cassette, elle avait pu corriger quelques imprécisions, l’arrondi d’un bras, la direction d’un regard, la cambrure des reins.
            A se voir ainsi, à se regarder sur un écran, elle avait retrouvé le plaisir intense qu’elle prenait à admirer son corps dans les miroirs. Jolies fesses, petits seins fermes, cuisses fuselées, de face, de dos, de profil.
            C’était ainsi que, jour après jour, le caméscope l’avait prise et pas seulement dansant, la suivant de pièce en pièce, la troublant de son œil unique puis la restituant en plans-séquences sur l’écran luminescent de son téléviseur. Margot dans sa chambre se déshabillant. Margot nue sur le parquet ciré dansant. Margot dans la salle d’eau s’ensavonnant. Margot abandonnée sur le canapé se caressant. Margot offerte en vidéocassette qui maintenant peut-être défilait à l’étage au-dessus. Margot qui n’avait plus qu’une envie : Mon Dieu, faites qu’il me voie, qu’il me désire, qu’il revienne et que bientôt je sois vaincue.
                                                          Michel Perdrial
(Ce texte a paru dans la revue Diérèse n°19 en octobre 2002.)

Celles qui tirent désespérément sur une jupe devenue soudain trop courte.
Celles qui se sont fait couper les cheveux et qui déjà le regrettent.
Celles qui ne savent pas encore si elles préfèrent les filles ou les garçons.
Celles à qui il manque quelques centimes pour commander un café accompagné d’un verre d’eau.
Celles qui noircissent trois pages à propos d’un livre qu’elles n’ont pas lu.
Celles qui s’inquiètent pour leurs règles qui décidément tardent à venir.
Celles qui ont une petite mèche qui leur descend sur l’œil droit.
Celles qui n’ont encore jamais vu un garçon tout nu mais cela ne saurait durer.
Celles qui tirent sur leur culotte à travers la toile de leur pantalon ou de leur jupe.
Celles qui s’embusquent derrière une plante verte pour reluquer le garçon qui les intéresse.
Celles qui portent des jeans avec des boutons de braguette apparents et qui donnent bien à penser.
Celles qui invitent le barman dragouilleur à aller se faire sucer par le mec là-bas car une bouche est toujours une bouche.
Celles qui vérifient pour la dixième fois que leur téléphone portatif est bien en ligne.
Celles qui écrivent de la main gauche la joue posée sur la surface de la table.
Celles qui n’imaginent absolument pas qu’un jour elles ressembleront aux femmes ridées et fatiguées qui leur font face.
Celles qui passent leur temps à nouer et dénouer leurs cheveux à l’aide d’élastiques, pinces, chouchous et peignes colorés.
Celles qui ignorent le sens du mot leitmotiv et qui ne songent pas à le demander à leur voisin qui meurt pourtant d’envie de le leur apprendre.
Celles qui élaborent une stratégie subtile pour passer la nuit de samedi à dimanche ailleurs que chez leurs parents sans que ces derniers le sachent.
Celles qui expliquent à leurs copines qu’un godemiché c’est comme une bite mais tout en plastique.
Celles qui disent haut et fort qu’elles n’ont pas envie de finir comme leur mère.
Et soudain la sonnerie du lycée qui toutes les appelle. Une cavalcade effrénée. Des rires endiablés. Le café déserté. Une écharpe oubliée. Bientôt nouée autour de mon cou.
                                                                         Michel Perdrial
(Ce texte a paru dans la revue Diérèse n°18 en septembre 2002.)

            Ils avaient dû, comme moi, descendre l’escalier de pierres usées près du moulin abandonné pour parvenir au creux de l’étroite vallée bordée de rochers gris et asséchée par l’été caniculaire. Ils suivaient, main dans la main, le lit déserté par le ruisseau. En les regardant s’approcher, je pensais à la pluie qui, dès l’automne, dévalant les collines, balaierait toute trace de leur passage et du mien.
            C’était l’été, à Martel dans le Quercy.
            J’avais déployé une couverture sur l’herbe rase et jaune où je m’étais allongé pour lire. Je filais de ligne en ligne mais ne pouvais chasser de mon esprit le fait que, sous cette même couverture, un an plus tôt, en Bretagne, à l’orée d’un petit bois, près de Port-Manech, s’était glissé un serpent ondulant cependant que je rêvais entre deux pages de L’Oiseau bariolé de Jerzy Kosinski.
            D’un bond, je m’étais levé et avais tiré vivement l’un des coins de la couverture. L’animal terrifiant et terrifié s’était faufilé parmi les taillis proches et je m’étais dit que mon grand-père n’avait peut-être pas tort lorsqu’il me mettait en garde contre le danger de la lecture.
            J’étais allé me réfugier parmi les rochers du bord de mer et y avais repris mon livre à la page voulue. Mais ma lecture avait bientôt été interrompue de nouveau par une jeune fille en maillot de bain, accompagnée d’un énorme chien, qui m’avait demandé de lui indiquer le chemin douanier. Je l’avais renseignée, les yeux fixés sur le sexe rouge et pointu comme un foret de l’animal qui bandait.
            C’était la même couverture et c’était le même soleil.
            Ils furent bientôt assez proches pour que je constate qu’elle et lui n’étaient vêtus que d’un tee-shirt blanc et court qui laissait au vent doux la faculté de se faufiler entre les poils de leurs toisons ; blonde pour elle ; brune, presque noire, pour lui.
            Je plaçai un marque-page dans Le moine apostat d’Anthony Shafton et allai me dissimuler derrière un rocher afin de les observer sans trahir ma présence. Ils furent arrêtés par un gros tronc d’arbre chu en travers du chemin. Elle lâcha la main de son compagnon, se mit à califourchon sur le fût et frotta longuement son sexe contre l’écorce rêche parsemée de lichen et de mousse desséchée. Il avait le regard arrêté sur la croupe onduleuse et son membre avait pris la forme d’une tige luisante dressée vers le bleu du ciel. A son tour, il enjamba l’arbre déchu et la prit par-derrière comme une chienne.
                                                                  Michel Perdrial
(Ce texte a paru dans la revue Diérèse n°18 en septembre 2002)