Le Journal de Michel Perdrial

Le Journal de Michel Perdrial




Loïc Boyer
Je suis l’auteur de textes courts qui furent publiés depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze dans des revues littéraires en France (Supérieur Inconnu, Supplément d’Ame, Nouvelle Donne, Le Bord de l’Eau, Pris de Peur, l’Art du Bref, Sol’Air, Gros Textes, Salmigondis, Verso, Décharge, Bulle, Filigranes, Diérèse, Martobre, Comme ça et Autrement, (Cahier d’) Ecritures, La Nef des Fous), en Belgique (Traversées, Ecrits Vains, L’Arbre à Plumes, Inédit Nouveau, Bleu d’Encre), au Canada (Les Saisons Littéraires) et en Italie (Les Cahiers du Ru).
Les courageuses Editions du Chardon ont publié en mil neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Erotica, un recueil de vingt-huit de ces textes, illustré par Isabelle Pio et Antoine Lopez et préfacé par Sarane Alexandrian, toujours disponible auprès de moi.
Je suis également l’auteur d’une pièce de théâtre et de plusieurs romans ou récits à ce jour inédits.
Depuis le onze novembre deux mille six, je publie mon Journal via Internet, un temps sous-titré Persiflages, moquages et autres énervages mâtinés de complimentages et de contentages. Sa première partie est lisible chez Eklablog, la deuxième ici.
Je vis au centre de Rouen dans un ancien monastère où autrefois les Sœurs de la Miséricorde se vouaient à l’éducation des jeunes filles.







Rss

25 avril 2017


Un suffrage exprimé sur quatre en Seine-Maritime, un sur trois dans l’Eure, l’ancienne Haute-Normandie est du côté noir de la carte, sévèrement atteinte par le vote Le Pen, cette maladie difficilement curable partie du Nord et de l’Est (avec une excroissance dans le Sud).
Cette peste n’est pas uniformément répartie dans le département. A Rouen, le F-Haine ne fait que douze pour cent. Il arrive très souvent en tête dans les trous perdus et les petites villes où l’on s’emmerde, du genre Yvetot ou Louviers (ville natale), endroits à éviter.
Caen fait mieux que Rouen. La fille Le Pen n’y obtient que dix pour cent et arrive cinquième après Macron, Mélenchon, Fillon et Hamon.
La ville la plus saine reste Paris (cinq pour cent), où il m’est agréable d’être un jour sur sept.
                                                                *
A entendre toujours parler de Marine (comme ils l’appellent) au marché du Clos Saint-Marc, je pensais que son score rouennais serait beaucoup plus élevé. C’est simplement que ceux qui votent pour elle le disent désormais haut et fort et le répètent sans cesse, faisant croire qu’ils sont bien plus nombreux qu’avant.
                                                                *
Le vrai faux mendiant (vrai quémandeur, faux miséreux) qui officie régulièrement le matin rue Saint-Romain devant l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (dite des Mormons) est l’un de ces lepénistes rouennais. Depuis des semaines, il clame qu’on va pouvoir régler leur compte à tous les faux-culs.
 

24 avril 2017


Il est presque huit heures lorsque je franchis ce dimanche matin le portillon du lycée Camille Saint-Saëns où se trouve mon bureau de vote. L’endroit n’est pas paisible. La sirène d’alarme du bâtiment s’est déclenchée quand sont entrés ceux qui y officient. Personne ne sait comment l’arrêter. Le stress est à son comble avant même l’ouverture officielle des deux bureaux sis dans l’établissement, d’autant qu’on y est à la bourre et que je ne suis pas le seul à attendre de pouvoir mettre un bulletin dans l’urne.
Enfin, c’est prêt. La femme chargée des petits tas de bulletins du premier tour de l’élection présidentielle contemple avec satisfaction son installation jusqu’à ce que je lui fasse remarquer qui n’y en a que dix. Le manquant est celui de mon candidat, le malheureux Hamon. Elle fouille dans les cartons, trouve la onzième pile. Moins haute que les autres, mais ça devrait suffire vu ce que prévoient les sondages.
Dans l’isoloir et dans le bruit, je glisse dans l’enveloppe le nom de celui qui est le seul à remettre en cause la sacro-sainte « valeur travail ». A l’appel de mon nom, l’enveloppe marron tombe dans l’urne transparente. « A voté », crie l’assesseur par-dessus la sirène. Je signe le bordereau, récupère ma carte d’identité et ma carte d’électeur dûment tamponnée. Les oreilles en compote, je retrouve avec plaisir le calme de la cour de récré des lycéen(ne)s, au milieu de laquelle se tient maintenant en faction un policier municipal.
                                                                *
Entre se casser une jambe (Fillon) et se casser un bras (Macron), il y a une différence. Je préfère que ce soit le bras. Celles et ceux qui pestent le soir venu à l’annonce des résultats devraient remercier celles et ceux qui se sont dévoués pour voter Macron nous évitant ainsi Fillon.
Ce Fillon aurait obtenu sans problème une majorité de Droite et du Centre à l’Assemblée Nationale et aurait pu appliquer l’intégralité de son néfaste programme, et même faire pire. Pour Macron, rien n’est moins sûr. Après être passé au deuxième tour (comme on dit), il lui faudra composer pour obtenir une majorité législative.
Il ne l’aura peut-être même pas. Si la Droite se débrouille bien, maintenant qu’elle est débarrassée de son candidat corrompu, elle aura la majorité à l’Assemblée et pourra imposer un gouvernement de cohabitation. Dans ce cas, ce sera comme si Fillon avait gagné (moins la présence des cathos de Sens Commun).
                                                                *
Spectacle lamentable que celui de Mélenchon niant la réalité des résultats donnés à vingt heures et déclarant d’une voix méprisante qu’il laisse la médiacratie les commenter.
Onze pour cent des mélenchonnistes voteront pour la fille Le Pen au second tour. C’est ce que disent les horoscopes, auxquels on peut se fier. Je n’imagine pas un électeur de Benoît Hamon voter F-Haine au second tour.
                                                                *
Si les mélenchonnistes avaient été malins, elles et eux auraient massivement voté Valls à la Primaire de la Gauche. Celui-ci aurait fait baisser le score de Macron. Moins de voix pour Macron et pas de vrai concurrent à gauche, Mélenchon aurait pu atteindre le second tour. (Dans cette hypothèse, je me serais abstenu à ce premier tour.)
                                                               *
Alors cette insurrection, elle vient ? Les « dans la rue » de Paris, Rouen, Rennes et Nantes l’attendaient pour ce dimanche soir vingt heures une. Espoir une nouvelle fois déçu, moins de manifestants que de policiers.
Ils me rappellent les Témoins de Jéhovah, quand ceux-ci donnaient régulièrement la date de la fin du monde, et qu’elle n’avait pas lieu.
                                                               *
Le bon moment de ce ouiquennede, c’est samedi matin quand, revenant du marché du Clos, je vois venir vers moi, rue Martainville, l’ami d’Orléans. Je suis tellement surpris de le trouver là qu’un instant je crois à un sosie. « Comment ça, tu viens à Rouen et tu ne me préviens même pas », lui dis-je. Il préfère faire confiance au hasard.
Entre Caen où il avait à faire et Orléans où il doit rentrer ce samedi, il a fait étape pour la nuit dans son ancienne ville. Nous prenons un café au Clos Saint Marc, discutant de choses et autres, plaisir trop court évidemment.
 

21 avril 2017


Comment ferai-je pour circuler ce vendredi matin, me demandais-je hier après-midi en apprenant qu’en ce dernier jour de campagne de premier tour d’élection présidentielle, Emmanuel Macron devait apparaître à midi devant l’église Saint-Maclou. Je me voyais déjà bloqué chez moi par les forces de l’ordre.
Une « opération crâne d’œuf » lancée via le réseau social Effe Bé par le collectif « Rouen dans la rue », visant à lui souhaiter ses Pâques avec quelques jours de retard au moyen d’œufs emplis de peinture, l’ayant conduit hier soir à se replier dans la Halle aux Toiles, la question ne se posait plus. Encore moins ce vendredi matin : prenant prétexte de l’attentat de cette nuit aux Champs-Elysées, il a tout annulé.
Sera-t-il qualifié pour le second tour ? Personne ne peut le dire. Je me garderai d’un pronostic. Cependant, j’ai un pressentiment : Le Pen/Fillon.
Quel que soit le duo arrivé en tête, je m’abstiendrai. Au premier tour, ce dimanche, je voterai inutile.
                                                              *
Jeudi au soleil des terrasses, d’abord à celle du Son du Cor dont l’apprenti serveur ne me demande plus de payer avant que j’aie bu mon café « La patronne, elle m’a dit : Ce monsieur-là, il paie en partant » puis à celle du Sacre dont la jolie serveuse me fait succomber au syndrome de Basquiat.
                                                              *
Une jeune femme au Son du Cor à celle avec qui elle est assise :
-Les jeudis de repos, c’est toujours très très long. On est dans l’attente du soir.
Un couple de retraités au Sacre :
-Bon, bah, on va rentrer et je vais peut-être tondre.
-On est quel jour ?
-Jeudi.
-Je sais pas ce qu’on va manger ce soir.
 

20 avril 2017


Un air de vacances à la gare de Rouen ce mercredi, où les tireurs de valise cherchent leur voie. De jeunes Anglaises s’esbaudissent du rire sardonique des composteurs de billets quand elles y glissent le leur. L’une essaie de l’imiter, sans réelle réussite.
D’autres anglophones, tout aussi guillerets mais plus âgés, occupent une partie de la voiture où je suis. Elles et eux s’entraînent à dire la phrase la plus utile qui soit en français : « Oui, c’est bon. ». Cela énerve celles et ceux qui prennent le train pour dormir. Derrière ce groupe, une jolie brune attire parfois mon regard. « Je suis ton soleil », me dit-elle à l’arrivée par l’intermédiaire de son sac à tout Flammarion. Mouais, mouais.
Passant sous la place de la République avec le métro Huit, j’ai une petite pensée pour le malheureux Hamon qui y tiendra le soir venu son dernier métingue, suivi d’un concert d’artistes qui le soutiennent, dont le groupe rouennais Tahiti 80.
Cette fois le temps est le même à Paris qu’à Rouen, beau mais froid en raison d’un vent venu de Russie. On s’en plaint au Café du Faubourg. Y lisant Le Parisien au comptoir, j’apprends que le Préfet de Police s’est déboîté la hanche en chutant d’un Vélib’ devant le Palais de Justice ce lundi de Pâques.
J’ai assez peu de réussite avec les livres trouvés. Mon déjeuner au Palais de Pékin est des plus banals. Ce dernier mercredi parisien avant le premier tour des Présidentielles ne restera pas dans mes annales. Je l’achève dans le Book-Off de Quatre-Septembre.
-T’es prête pour dimanche ? y demande un employé à l’une de ses collègues.
-Dimanche ?
-Oui, tu sais pour qui tu vas voter ?
-Ah non, pas encore.
-Moi non plus.
                                                           *
Au moment de payer chez l’un de mes fournisseurs de livres :
-Le prix est libre, chacun donne selon ses moyens.
-Mais avant, c’était un euro le livre ?
-Oui, mais on est revenu à l’ancien système, ça permet à ceux qui ont les moyens de donner plus.
-Votre système est hypocrite. Ça concerne tout ce que vous vendez ?
-Non seulement les livres. Ça permet à tout le monde de se cultiver.
-Ce sont toujours les livres qui trinquent. Dans ce que vous vendez la plupart des livres n’ont rien de culturel, au mieux leur lecture c’est pour la distraction, au pire c’est pour s’abrutir. Je continuerai à payer un euro le livre.
Des regards désapprobateurs me confirment que je ne suis pas conforme à la société dont on rêve ici.
                                                          *
Parmi ces livres à un euro : Voyage de jeunesse (Lettres européennes 1830-1832) de Félix Mendelssohn (Stock/Musique) qui donne à lire certaines des missives que le jeune musicien envoya à sa famille pendant son itinérance de deux années à travers le continent.
 

19 avril 2017


Erik Satie m’est presque aussi agréable à lire qu’à ouïr. De ma lecture de l’ensemble de ce qu’il a publié sous son nom dans l’édition qu’en a faite Raoul Coquereau pour la Petite Bibliothèque Ombres sous le titre Mémoires d’un amnésique suivi de Cahiers d’un mammifère et autres textes, je tire ceci (du connu et du moins connu) :
Toutes les heures, un domestique prend ma température et m’en donne une autre.
Mon médecin m’a toujours dit de fumer. Il ajoute à ses conseils :
-Fumez, mon ami : sans cela, un autre fumera à votre place.
Si je suis Français ?.....
Bien sûr….. Pourquoi voulez-vous qu’un homme de mon âge ne soit pas Français ?....
Se mettre à plat ventre est bien… Toutefois, cette position est incommode pour lécher la main de celui qui vous donne des coups de pied dans le derrière.
Ne respirez pas sans avoir, au préalable, fait bouillir votre air….
Si vous voulez vivre longtemps, vivez vieux…
Mon parapluie doit être très inquiet de m’avoir perdu.
Toute ma jeunesse on me disait : Vous verrez quand vous aurez 50 ans. J’ai 50 ans. Je n’ai rien vu.
Ravel refuse la Légion d’Honneur mais toute sa musique l’accepte.
Remercions Cocteau de nous aider à sortir des habitudes d’ennui provincial et professoral des dernières musiques impressionnistes.
J’aimerais jouer avec un piano qui aurait une grosse queue.
Ce n’est pas beau de parler du nœud de la question.
                                                           *
Ravel et Saint-Saëns sont les bêtes noires de Satie. Il est plus amène avec Debussy mais ne le loupe pas sur ses idées politiques :
Debussy était loin d’avoir politiquement, socialement, les mêmes aspérités de goûts que musicalement. Ce révolutionnaire en Art était très bourgeois dans l’usage de la vie. Il n’aimait pas les « journées de huit heures » ni autres modifications sociales. Je puis vous l’affirmer. L’augmentation des salaires – sauf pour lui, bien entendu – ne lui était pas très agréable.
Un extrait de lettre, dans une note de fin de volume, montre qu’il n’est pas plus heureux avec ses amis politiques, pour la raison inverse :
Mes chers amis communistes (je fais partie du « Soviet » d’Arcueil) sont – en Art – des Bourgeois déconcertants… Il m’a été impossible de continuer une chronique à « L’Humanité » (…) « Le Gaulois » – oui – est plus avancé qu’eux. Soupir : ce bon Debussy était tout de même un autre homme que tous ces messieurs réunis !!!
                                                           *
De quoi lui donner envie de se réfugier auprès des livres, ainsi qu’il l’explique dans un texte titré Bouquinerie.
Extrait :
Étrange séduction ! Ne flâne-t-on pas devant les étalages des bouquinistes par les plus mauvais temps, debout, pieds dans l’eau, vent dans l’œil ?
Qu’importe ! des livres sont devant nous ; ils nous invitent à nous reposer en les caressant du doigt et du regard – à nous oublier en eux, béatement – à mépriser les bas liens qui nous retiennent à la si vieille Misère humaine.
 

18 avril 2017


Pas de car pour Duclair avant dix heures le dimanche, cela ne suffit pas à me décourager. Nous sommes une dizaine à y monter. Il va son chemin en respectant les limitations de vitesse et est arrêté deux fois par des mises en sens alterné de la route qui longe la Seine pour cause d’éboulis de falaise.
Je descends là où va et vient le bac, monte la première rue à droite sur le conseil d’une habitante et arrive à la Mairie devant laquelle sont installés moins de déballeurs qu’annoncé. Comme il était à craindre, je n’y trouve pas grand-chose. Au moins, le voyage ne m’aura pas coûté davantage que le prix d’un billet de bus rouennais, la Matmutropole s’étendant jusque-là et même plus loin (il fallait atteindre les quatre cent mille habitants réglementaires).
Comme le car de retour n’est pas prêt de passer, je vais d’un bout à l’autre de la promenade de bord de fleuve. Quoi faire d’autre à Duclair ? J’y croise des familles venues nourrir les canards. Le bac ne cesse jamais son mouvement pendulaire. Il est complet à chaque départ et sert de spectacle à quelques solitaires.
Puis, assis sur un banc, sous un ciel devenu gris, près de l’arrêt du car, j’observe qui ouvre la boîte à livres et repart déçu de n’y voir que des ouvrages abîmés, vieux et sans intérêt. Une famille, ignorant qu’on en trouve partout, se réjouit de cette initiative originale. En ce jour pascal, Duclair me semble faire partie de la France des oubliés.
Au retour à Rouen, un petit concert de carillon me fait du bien.
                                                             *
Les boîtes à livres, un marqueur de province. L’une des rouennaises, place du Vieux-Marché, a bénéficié récemment d’une inauguration officielle. Il s’en passe des choses dans la capitale de la Normandie.
                                                            *
Façon dont celles et ceux qui en manquent en parlent : ça va vite, ça monte vite.
                                                            *
Il semblerait que cette année, le chien se porte sous le bras.
 

17 avril 2017


Nous ne sommes pas plus de cinq ce samedi dans le train parti à sept heures pile de Rouen et qui va au Havre. Avant même d’être à Maromme, je suis contrôlé. J’ai une voiture pour moi seul. J’en descends à Yvetot.
Le car pour Saint-Valéry-en-Caux arrive à l’heure indiquée. Sa conductrice tamponne mon billet de train. Quand elle démarre, je suis le seul passager. Une fille pas bien réveillée monte à Doudeville. Le Pays de Caux sous les nuages fait triste, malgré la présence par-ci par-là d’éoliennes et le jaune du colza. Alors que nous sommes près du but, le car fait un détour par Cany-Barville. Y monte une habituée qui discute avec la chauffeuse. « Plage Port Casino » est-il indiqué à l’entrée de Saint-Valéry (ne pensons pas à la centrale nucléaire voisine).
Tout le monde descend au port près du local de l’association Reste à bord (remise en état de vieux gréements avec et pour les handicapés) qui, en ce ouiquennede pascal, organise une vente de livres d’occasion, raison de mon escapade.
Saint-Valéry-en-Caux a été détruite à soixante-dix pour cent en mil neuf cent quarante. La reconstruction en a fait une ville sans charme. Je prends un café à l’Hôtel de la Poste avec vue sur la fête foraine endormie. Il faut y supporter France Bleu Normandie avec Annabelle qui téléphone pour parler de son pommier qui a une branche qui meurt, Nelly qui veut savoir pour les glaïeuls et Corinne qui n’est pas d’accord avec son mari sur quand tailler sa haie de houx : « Je suis pas trop pour tailler les arbres, mais là c’est plus possible ». Pour moi, pareil, c’est plus possible, je me tire et vais zoner au bord de la plage. Je n’y croise que des autochtones promenés par leur chien.
Un peu avant dix heures, les rideaux métalliques de Reste à bord se lèvent. Je n’ai qu’un vieux couple venu de Rouen pour concurrent. Ma pêche est correcte. Au moment de payer, il me faut convaincre l’un des deux aimables organisateurs que certains de mes choix sont des livres de poche. Cela fait, grâce à une affichette oubliée et qui va être enlevée, je bénéficie du « trois pour un euro ». Mon sac reste à bord.
Le soleil s’étant pointé, je prends quelques photos du phare et des falaises depuis la jetée, puis à midi j’entre au Surf, une brasserie dont la déco date et qui parfois fait cleube privé. Je suis le seul à y manger : saumon fumé, bouquets et bulots prélevés au buffet d’entrées, tartare de bœuf avec frites maison, part de camembert, fraises et gâteau indéterminé prélevés au buffet des desserts, cela pour treize euros quatre-vingt-dix. Le café est offert et le quart de côtes-du-rhône à trois euros cinquante.
Il fait meilleur que prévu. Je grimpe sur la falaise aval, marche jusqu’au hameau Saint-Léger puis au retour me pose à mi-chemin pour lire au soleil sur un banc d’où l’on domine la sortie du port. Quand je redescends, la fête foraine bat son plein (comme on dit). Je me demande comment font les habitants de la place centrale pour supporter ce boucan qui s’entend jusqu’au local de Reste à bord. Avant d’y récupérer mon sac, je furète à nouveau et trouve le meilleur : Sur les routes avec le peuple de France (12 juin-29 juin 1940), un récit d’exode de Marguerite Bloch, née Herzog, descendante des drapiers d’Elbeuf et sœur d’André Maurois, joli livre rouge publié chez Claire Paulhan en deux mille dix, un euro au lieu des vingt-quatre qu’il valait neuf.
A seize heures dix-neuf, nous sommes une dizaine dans le car quittant Saint-Valéry-en-Caux, Saint-Val pour les intimes : « Y’a une nouvelle boutique à Saint-Val. » (une branlotine au téléphone).
                                                            *
Au Surf, l’un des piliers de comptoir : « Pour qui qu’on va voter ? ». Personne ne répond, c’est inutile.
                                                            *
Dans l’un des livres de poche de Saint-Valéry-en-Caux, un autocollant à la gloire de l’ours. Il est édité par le Fonds d’Intervention Eco-Pastoral, sis à Pau : « Pour que l’ours, les bergers et les forêts puissent vivre ».
Une incitation à voter Jean Lassalle ? Je sais qu’il défend les bergers mais je ne suis pas sûr qu’il aime l’ours.
 

14 avril 2017


Ne voilà-t-il pas que celui à qui les horoscopes (comme il dit) sont devenus favorables se rêve au second tour de la Présidentielle face à celle qui y est promise depuis longtemps par ces mêmes horoscopes.
Elle qui veut quitter la zone euro (et l’Europe) par référendum, lui qui veut quitter la zone euro (et l’Europe) par plan bé après l’échec de la renégociation des traités, de quoi plonger le pays dans une nouvelle crise économique avant même le résultat de ce deuxième tour.
Il n’en sera rien. Il ne sera pas qualifié. Elle le sera sans doute. Comme l’un des deux autres du quatuor de tête. N’étant toutefois pas exclu que ces deux autres se retrouvent face à face.
L’élu(e) du deuxième tour aura obtenu au premier dans les vingt-cinq à trente pour cent des voix, c’est-à-dire aura contre lui ou elle entre soixante-dix et soixante-quinze pour cent des Français(e)s en âge de voter, davantage même si on inclut les abstentionnistes. Bon courage pour faire quoi que ce soit (de plus aux législatives, il lui faudra obtenir une majorité favorable à son programme).
Celui dont je mettrai le nom dans l’urne le vingt-trois avril poursuit sa descente tranquille.
                                                              *
A Rouen, pour certain(e)s, abstentionnistes ou non, la contestation, cela commence le dimanche vingt-trois avril à vingt heures une : « Face à l’impasse électorale, prenons la rue ».
                                                              *
Le dessin qui m’a fait sourire cette semaine est signé Joann Sfar. Sur fond de Méditerranée, celui qui se voit déjà en haut de l’affiche déclare à la foule : « Ne scandez pas mon nom, pratiquez le culte de la personnalité discrètement. »
                                                              *
Daniel Cohn-Bendit sur Jean-Luc Mélenchon dans Libération :
« En disant «je renégocie les traités européens et en cas d’échec, je sors la France de l’euro», Mélenchon joue à la roulette russe sur l’Europe. Il dit «moi, le grand Jean-Luc Mélenchon, grand par le grand peuple français, je vais arriver à Bruxelles et mettre sur la table mon plan et dire "Madame Merkel, à genoux, tous à genoux". Je vais imposer que la Banque centrale européenne rachète les dettes des Etats». Mais comment ? Vous croyez que M. Draghi ou son successeur lui dira : «Evidemment Monsieur Mélenchon, nous n’attendions que vous !»
Comme cela ne se fera pas, ce sera alors le plan B. C’est-à-dire que, pour lui, sortir de l’euro et sortir de l’Europe, c’est une perspective réelle. Ce sera sur mon cadavre, parce qu’on peut avoir des tas de critiques sur l’Europe, notre seule chance, la chance des Français et des Allemands dans le monde d’aujourd’hui, c’est de la transformer. On ne sacrifie pas l’Europe, on se bat pour qu’elle bouge. »
 

1 2 3 4 5 » ... 104