Le Journal de Michel Perdrial

Le Journal de Michel Perdrial




Loïc Boyer
Je suis l’auteur de textes courts qui furent publiés depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze dans des revues littéraires en France (Supérieur Inconnu, Supplément d’Ame, Nouvelle Donne, Le Bord de l’Eau, Pris de Peur, l’Art du Bref, Sol’Air, Gros Textes, Salmigondis, Verso, Décharge, Bulle, Filigranes, Diérèse, Martobre, Comme ça et Autrement, (Cahier d’) Ecritures, La Nef des Fous), en Belgique (Traversées, Ecrits Vains, L’Arbre à Plumes, Inédit Nouveau, Bleu d’Encre), au Canada (Les Saisons Littéraires) et en Italie (Les Cahiers du Ru).
Les courageuses Editions du Chardon ont publié en mil neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Erotica, un recueil de vingt-huit de ces textes, illustré par Isabelle Pio et Antoine Lopez et préfacé par Sarane Alexandrian, toujours disponible auprès de moi.
Je suis également l’auteur d’une pièce de théâtre et de plusieurs romans ou récits à ce jour inédits.
Depuis le onze novembre deux mille six, je publie mon Journal via Internet, un temps sous-titré Persiflages, moquages et autres énervages mâtinés de complimentages et de contentages. Sa première partie est lisible chez Eklablog, la deuxième ici.
Je vis au centre de Rouen dans un ancien monastère où autrefois les Sœurs de la Miséricorde se vouaient à l’éducation des jeunes filles.







Rss

18 octobre 2019


Apprendre que la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille est fermée parce qu’envahie par les punaises de lit et que celles-ci sont arrivées par des livres empruntés puis rapportés dans lesquels leurs mères avaient pondu me fait flipper mais pas au point de ne plus acheter de livres au Book-Off de Ledru-Rollin ce mercredi matin. Quand même, je vais être inquiet maintenant à chaque fois que je rapporterai des livres d’occasion à la maison, traumatisé que je suis par ma rencontre avec ces bestioles dans un hôtel de Ciboure. Jusqu’ici, je ne me méfiais que des tissus, refusant de faire entrer chez moi des vêtements ou de l’ameublement d’occasion. Je quitte la boutique avec peu.
A midi moins le quart, le bruit du marteau-piqueur des travaux de la rue du Faubourg Saint-Antoine ayant cessé, je trouve place au Péhemmu chinois pour déjeuner de mon plat habituel. Près de moi sont deux employés de l’atelier de couture qui mangent toujours ensemble, le quinquagénaire chinois et la vingtenaire brune. Elle lui raconte qu’elle vient d’hériter de son oncle avec le frère de celui-ci et que si lui a été taxé à quarante-cinq pour cent, elle, l’a été à soixante pour cent. « J’en ai pleuré chez le notaire », lui dit-elle. « Bah alors, mon p’tit chou, lui a-t-il dit, faut signer là ». Elle est furieuse car dans les caisses de l’Etat, « y a déjà beaucoup beaucoup beaucoup ». Il ne lui vient pas à l’esprit que feu son oncle aurait pu tout dépenser avant de mourir.
Sitôt payé, je vais au milieu des travaux jusqu’à la Bastille et m’installe à la terrasse du Week-End, autre Péhemmu chinois, où je suis bientôt rejoint par celle qui travaille à côté. Cette fois, je peux lui donner les deux tomes des Misérables achetés pour elle au Quai des Livres rouennais, sans punaises de lit j’espère. Nous avons beaucoup à nous dire mais pas assez de temps, requise qu’elle est par le labeur.
Lorsque nous nous séparons, je rejoins le second Book-Off. Je m’y sens moins bien qu’au premier depuis l’omniprésence d’un employé à l’accent du Sud. Son incessant verbiage m’épuise. Il était discret à ses débuts dans la boutique. Peu à peu, il a pris le pouvoir sur l’équipe. J’achète très peu.
A Saint-Lazare, je monte à l’avance dans le seize heures quarante-huit déjà là au quai Dix-Neuf. Il n’est pas complet lorsqu’approche le moment de son départ mais alors il perd toute son énergie. Le chef de bord annonce que le mécano s’occupe du problème. Pendant ce temps, des voyageurs pour Rouen le quittent afin de s’installer dans un train omnibus qu’ils espèrent voir partir et arriver avant. Puis ils reviennent, ce train étant supprimé. On annonce notre départ. Il ne se fait pas. « Vous avez compris que nous vivons une situation compliquée », déclare le chef de bord.
Il revient vers nous (comme ils disent) pour nous demander de quitter le train et d’aller dans celui de la voie Vingt-Sept, ce qui nécessite de passer les barrières à Pécresse. A peine installés dans ce nouveau train, on nous annonce qu’il ne partira pas, qu’il faut en descendre. Pendant ce temps, la voix de la Senefece lance des appels désespérés en direction de responsables appelés à se rendre je ne sais où « de toute urgence ».
C’est un beau merdier. On apprend que des contrôleurs, suite à plusieurs agressions, ont fait usage de leur droit de retrait ou « dépôt de sac » (comme ils disent). Finalement, le train de la voie Vingt-Sept est affiché partant. L’équivalent du contenu de deux trains s’y engouffre. Je fais partie des privilégiés qui vont voyager assis.
Le chef de bord nous a suivis d’un train à l’autre, « Je m’appelle Alexandre et j’ai la joie de voyager avec vous ». Il déplore « une désorganisation totale au niveau de la circulation des trains ». « Ce ne sont pas des conditions acceptables », conclut-il.
Etre dans un train annoncé partant ne signifie pas qu’il parte aussitôt. Les ordres et les contrordres se succèdent. « Mesdames et messieurs, je ne sais plus quoi vous dire », se désespère Alexandre.
Lorsqu’enfin nous quittons la gare, c’est avec une heure de retard. Heureusement, j’avais avec moi le Journal de Gouverneur Morris.
 

17 octobre 2019


Epuisé par mon retour de Collioure, c’est à dix-huit heures que je me mets au lit lundi soir. Une nuit de douze heures me remet sur pied. Je reprends contact avec Rouen, retrouvant ses rues piétonnières encombrées de véhicules à moteur et ses dépôts d’ordures sauvages, dont l’un sous mes fenêtres, composé d’une couette et de cartes à jouer.
Il fait suffisamment doux pour que l’après-midi je puisse prendre au Café de la Gare, un café verre d’eau de trottoir, avec un peu de soleil entre deux nuages, J’y lis Lettres de guerre d’Heinrich Böll, tout en observant l’arrivée de fourgons de la Police devant la Direction Régionale de la Poste (il y a grève de cheminots).
Le soir venu, je rejoins la Chapelle Corneille. Un aimable spectateur indisponible m’a une nouvelle fois offert sa place. Au programme : trois des Concertos Brandebourgeois de Jean-Sébastien Bach par Kenneth Weiss et des musicien(ne)s de l’Orchestre de l’Opéra.
La salle est quasiment pleine mais par chance la place de premier rang devant la mienne reste libre. Bien que sur le côté, j’ai très bonne vue sur les musicien(ne)s.
C’est d’abord le quatrième puis le cinquième, qui fait la part belle au clavecin avec un solo aux accents contemporains, et enfin le deuxième dans lequel hautbois et trompette piccolo se font remarquer, chacun de ces concertos donnant l’occasion à chaque musicien(ne) de montrer son savoir-faire. Je passe un bon moment et ne suis pas le seul comme le montre l’ampleur des applaudissements. En remerciement nous est bissé le dernier mouvement du dernier joué.
Comment a-t-on pu avoir l’idée de faire de cette église une salle de spectacle ? C’est la question que je me pose en observant la difficulté qu’a le public à en sortir. Que se passerait-il en cas d’incendie ou autre évènement grave pendant un spectacle ? Je suppose que les autorités pensent que ça n’arrivera jamais.
                                                                 *
Et comme toujours la question de ces hommes amenés là par leur femme :
-Et ça dure ?
-Une heure.
Soupir de soulagement.
 

15 octobre 2019


Le Cerbère Paris est l’un des rares trains de nuit qui circule encore en France, notamment le dimanche. Grâce à lui, j’ai gagné une journée à Collioure. Après avoir laissé les clés de mon studio sur la table, je l’attends en compagnie de trois autres sur le quai d’une gare fermée. J’ai l’expérience de cette forme de voyage, l’ayant utilisée pour aller à Venise avec mes amoureuses. Cependant, quand j’y grimpe à dix-neuf heures trente et une, et que je redécouvre le long couloir en forme de coursive bordé des cabines de six couchettes superposées à l’allure de cellules, je me dis que ce n’était sans doute pas une bonne idée de vouloir renouveler l’expérience. Je dispose d’une des deux couchettes du bas. M’effleure l’espoir que je n’aurai pas de compagnons de voyage, vite déçu par le contrôleur à qui je pose la question. « Le reste de la cabine montera à Toulouse », me dit-il après consultation de son écran.
J’ouvre la pochette-cadeau de la Senecefe : une petite bouteille d’eau, des bouchons d’oreille, un mouchoir en papier et une lingette, puis je fais mon lit et, comme il n’y a pas moyen de faire autre chose, je me couche. A Perpignan, le train s’emplit davantage. Parmi les nouveaux voyageurs : trois jeunes étrangers vite repérés par le contrôleur qui leur enjoint de quitter la cabine qu’ils veulent squatter et d’aller s’asseoir dans la première voiture qui est à sièges inclinables. « Je vous ferai des billets quand on sera à Toulouse », leur dit-il. Je pense qu’à l’arrivée dans la ville rose, des hommes à l’uniforme différent s’occuperont d’eux.
Je dors un peu avant l’arrivée dans cette ville. Ma porte s’ouvre énergiquement et entrent deux jeunes couples voyageant ensemble qui n’envisageaient pas qu’il puisse y avoir déjà quelqu'un dans leur chambre. Cette arrivée brutale est le seul reproche que je puisse leur faire. Une fois installés, ils ne font pas le moindre bruit et s’endorment rapidement.
Je ne peux pas dire que je ne dors pas mais je ne peux pas dire que je dors. Ce qui me gêne le plus, ce n’est pas la présence d’autrui, ni le peu de confort, c’est l’obscurité totale. Que ce soit chez moi ou en villégiature, la nuit je ne tire pas les rideaux d’au moins une fenêtre. Surtout quand le train est arrêté longuement, je me sens dans un caveau. Je n’attends qu’une chose : en sortir.
Vers quatre heures et demie, debout dans le couloir, je vois passer un contrôleur qui me dit qu’il n’y a aucune place de libre chez les inclinables. Il ne peut m’ouvrir une cabine vide, il n’y en a pas. Je retourne m’allonger dans le noir. Quand je remets le nez dans le couloir, nous passons la gare de Brétigny. Cela devient bon. Je regarde la pleine lune jusqu’à la gare d’Austerlitz où nous arrivons à l’heure prévue : six heures cinquante-deux. Je suis l’un des premiers à quitter la prison roulante, alors que d’autres, dont les deux jeunes couples, ne sont pas encore levés.
Cette gare que je ne connais pas est en travaux. Je suis les tireurs de valises. Ils m’emmènent au métro. Par les lignes Dix puis Douze, je rejoins Saint-Lazare. N’ayant pas pris de billet à l’avance par crainte d’un retard du train de nuit, je paie plus de quinze euros pour le Paris Rouen de sept heures cinquante dans lequel je monte aussitôt.
Ce train matinal est fréquenté par de jeunes Parisien(ne)s qui étudient en Normandie. Leurs valises montrent qu’elles et eux y passent la semaine. L’une lit Le Canard Enchaîné et je me dis qu’il est rare de voir des moins de cinquante ans avec ce journal, peut-être sont-ce ses parents que le lui ont passé.
A l’arrivée, un gros nuage noir bouche l’horizon. Une averse vient de tomber. Je tire ma valise et porte ma fatigue sur le parvis mouillé. Rouen est toujours jumelée avec Lubrizol mais cette dernière ne parfume plus la ville.
                                                                   *
Le Cerbère Paris de nuit avait été supprimé. La région Occitanie l’a remis sur les rails au moins jusqu’en deux mille vingt. Il est très fréquenté mais ce n’est pas une raison pour le conserver. Ses voyageurs prendraient un train de jour plus rentable pour la Senecefe.
 

14 octobre 2019


Bien que je me sois levé tôt, ce dimanche, pour faire une dernière série de photos du château et l’église de Collioure sous un autre angle, je me trouve à devoir compter avec un professionnel à téléobjectif dont le sujet est un couple d’amoureux, lui plutôt bien physiquement, elle moins. Il les prend de si loin qu’ils auraient dû communiquer par micro. Dès que le soleil pointe son rayon, j’en fais une autre des maisons du front de mer et de la principale rue intérieure, sources d’inspiration des Fauves. Au passage, je m’arrête devant la maison où vécut Matisse.
Puis, plein de courage, je m’élance à nouveau vers les hauteurs, cette fois dans la direction d’Argelès-sur-Mer. Je rencontre d’abord le Fort Miradou occupé par le Centre National d’Entraînement Commando, puis suivant le sentier du littoral, je rejoins le Fort Rond et le Fort Carré, qui étaient chargés de protéger le précédent et le Château Royal.
Je pourrais ensuite descendre jusqu’à la plage de l’Ouille mais il faudrait remonter. Je préfère redescendre en ville et boire un café verre d’eau au Café Sola. Las, j’en suis chassé assez vite par un match de rugby que viennent voir des locaux et des Anglo-Saxons.
Je vais poursuivre ma lecture du Journal de Gouverneur Morris au pied du château. Le temps est moins bon. Le vent s’est levé. Des vagues grignotent la promenade dans un bruit intense. A midi, le restaurant L’Arcade m’accueille pour mon dernier repas méditerranéen. Je choisis le menu à vingt et un euros quatre-vingt-dix : assiette de Collioure (anchois et boquerones), morue façon L’Arcade et coupe catalane.
-Allez, on envoie la morue, me dit la jeune serveuse lorsque j’ai terminé l’entrée. Elle commence à se dérider, mais n’entend pas la même chose que moi.
C’est à elle que je règle.
-Ça vous a plu ? Vous vous êtes régalé ? Sûrement, vous venez tous les jours.
-Je venais tous les jours, c était la dernière fois.
-Ah, une autre année alors.
-Peut-être, j’espère.
En bord de mer, le vent a encore augmenté. Je dois renoncer à un dernier café au Petit Café. Je lis encore un peu au pied du château, à l’abri relatif des bourrasques, assistant à une nouvelle séance de photographie, un homme et une femme mariés (il y a du vent dans les voiles) par une  professionnelle qui se complique la vie en ayant son chien attaché autour de la taille.
-Avec les pigeons ? suggère-t-elle.
-Ah non non non non, s’indigne la mariée.
Il est l’heure de faire mon bagage dans le studio Air Bibi où sauf une nuit j’aurai parfaitement dormi, un lieu avec peu de charme intérieur et des défauts. Je ne peux en vouloir à la logeuse car je n’avais pas lu tout le descriptif. Il était précisé que la salle d’eau était sur le palier, qu’elle ne fournissait pas les serviettes de toilette et qu’il fallait faire le ménage avant de partir, chose dont j’ai horreur.
                                                                      *
Les toilettes publiques à la turque rendent perplexes les Espagnoles.
                                                                      *
Un autochtone : « C’est pas parce qu’il n'y a pas de marée que la mer elle est pas méchante. »
 

13 octobre 2019


Après une nuit de peu de sommeil, la conséquence d’une soirée organisée dans un bar proche de mon studio de location, la musique d’abord, puis les alcoolisés répandus à l’extérieur ne se décidant pas à rentrer chez eux, je monte ce samedi matin dans l’autocar à un euro de huit heures cinq pour Argelès-sur-Mer.
Les sommets des Albères sont dans les nuages quand je descends à Port-Argelès. Je fais partiellement le tour de ce port occupé surtout par des bateaux de plaisance puis prends le sentier du littoral jusqu’à la plage du Racou d’où l’on voit bien le Fort Saint-Elme. Après avoir fait demi-tour, je longe les constructions sans âme aux rez-de-chaussée occupés essentiellement par des bars et des restaurants dont les prix ne sont pas moins élevés qu’à Collioure puis j’atteins la plage, la longue plage au passé sombre qui ce matin est déserte. L’été, mais sans doute plus tard dans la journée, s’y presse la foule. Argelès-sur-Mer accueille en juillet août cinquante mille campeurs répartis en soixante lieux (la plus grosse offre d’Europe).
Bien que j’en aie eu initialement l’intention, je ne me vois pas rester là jusqu’à l’heure du déjeuner. Il est neuf heures dix. C’est exactement l’heure d’un car de retour. En espérant qu’il soit en retard, je marche jusqu’à son arrêt. Il l’est.
A neuf heures et demie, je suis de retour à Collioure. Je prends un café à un euro soixante-dix au Café Sola, près de la place où se tient le marché le mercredi et le dimanche et d’où démarre le petit train touristique qui emmène les retraités descendus de leurs cars faire un tour dans les vignes jusqu’au Fort Saint-Elme, puis je continue ma relecture du Journal de Gouverneur Morris au soleil revenu, assis sur le muret en pierres de la promenade du château royal, pas loin du duo guitare saxophone de plastique blanc (le porteur de ce dernier jouant parfois les pieds dans l’eau).
A midi, je déjeune une nouvelle fois en terrasse au restaurant L’Arcade, du menu à dix-sept euros quatre-vingt-dix : assiette ibérique, saucisse catalane frites (ces dernières décevantes et trop nombreuses), crème catalane, avec un demi pichet de vin rouge à huit euros.
Demain dimanche, ce sera ma dernière journée à Collioure, le trajet du retour s’effectuant par train de nuit jusqu’à Paris.
                                                                     *
C’est quand même pratique une mer sans marée, on la retrouve toujours là où on l’avait laissée.
 

12 octobre 2019


Ce vendredi, je retourne à Port-Vendres avec l’autocar à un euro de huit heures vingt. J’ai dans l’idée de marcher sur le sentier littoral jusqu’au cap Béar. Pour ce faire, je contourne l’immense zone de stockage de conteneurs du Port Fruitier International puis trouve les marques jaunes qui indiquent par où passer et suis enfin en bordure de mer. J’aperçois mon but. Il me semble loin mais accessible. Jusqu’à ce que, après un restaurant abandonné, le chemin se mette sérieusement à monter, bien trop pour moi. Aussi, comme je suis au niveau du phare de la Jetée, j’avance jusqu’à lui sur la digue où des pêcheurs pratiquent leur loisir près des panneaux l’interdisant. Une randonnée pyrénéenne qui se transforme en promenade au phare, c’est déjà pas mal. Certains, dans un livre, n’en ont pas fait autant.
De retour dans le port de pêche et de plaisance, je m’assois à la terrasse du restaurant Le Quai. Miraculeusement, le café n’y est qu’à un euro trente, mais le serveur au bout d’un quart d’heure me demande si je veux autre chose. Eh bien non, j’écris mes cartes postales.
Autrefois, j’en envoyais une dizaine. Depuis quelques années leur nombre est descendu à quatre, pour destinataires : mon frère, ma sœur et mes anciennes amoureuses. J’aurais pu en ajouter une cinquième pour l’ami de Stockholm qui m’en envoie de ses voyages, mais je n’ai pas son adresse avec moi.
Cela fait, je vais les affranchir à l’automate de la Poste pendant que la guichetière embobine une autochtone avec un nouveau service : la protection juridique. « Vous payez sept euros par mois et quand vous aurez un litige, d’héritage, de voisinage, etc. nos conseillers vous aideront gratuitement ». L’usagère n’est pas loin de se laisser avoir. Un réflexe de prudence la sauve. « Je vais réfléchir », dit-elle à la postière nouveau style.
Pour déjeuner, j’hésite entre plusieurs établissements voisins et choisis Le Chalut pour ses tables au soleil. Le menu est à seize euros : trio de marinade (anchois sardine hareng), cabillaud à la catalane, tarte aux figues maison, et le demi de vin blanc à six euros et quatre-vingts centimes. Ce restaurant est surtout fréquenté par des personnes qui veulent manger à l’intérieur ou à l’ombre. Un couple de quinquagénaires poussant un énorme fauteuil roulant, dans lequel se trouve une octogénaire en chaussons, s’installe pas loin de moi faute de pouvoir glisser l’engin ailleurs.
« Ces maisons de retraite, quel bizness de merde, fulmine la femme, deux mille trois cents euros pour te retrouver au bout de deux mois dans un fauteuil. Moi j’aimerais mieux crever avant. Tu t’es laissé aller, t’as pas fait ta gymnastique et maintenant tu peux plus marcher. Nous, on veut rien. Tout ce qui est dans la maison, c’est pour toi, c’est pour payer l’enterrement. Alors la prochaine fois, il faudra que tu nous signes un papier. »
La serveuse apporte le monaco que fils et belle-fille ont commandé pour elle. « C’est une sacrée fête aujourd’hui », dit-elle.
                                                                  *
Je rentre à Collioure par le car de quatorze heures et me livre à mon activité habituelle en bord de plage pendant que sous mes yeux d’autres bronzent ou nagent. C’est une fin d’été sur le « pourtour méditerranéen » (comme disent les météorologistes).
                                                                  *
Le pigeon parisien se jette sur les miettes à grands coups d’ailes et se fait chasser à coups de pied. Le pigeon catalan marche sous les tables sans se faire remarquer.
                                                                  *
Les dépressifs du bord de mer, quand ils se croisent pendant leur errance journalière :
-Ça va ?
-Oui super, et toi ?
-Ça va.
 

11 octobre 2019


Je suis le seul ce jeudi à huit heures six à monter en gare de Collioure dans le train venu de Perpignan. J’en descends avec tous les voyageurs seize minutes plus tard à son terminus, la Gare Internationale de Cerbère, dernier village côtier avant l’Espagne. Le comité d’accueil est constitué d’une équipe de la Police Nationale qui ne trouve personne suspect.
Cette gare est perchée. Un passage souterrain entièrement graffé est le raccourci pour rejoindre port et plage. Je m’y risque en compagnie d’un couple et de leur fille adolescente. Il est si long que l’on n’en voit pas la fin. La jeune fille pense que l’on va arriver dans les égouts. A la sortie, c’est la Méditerranée.
Cerbère est bien lotie, comme l’écrit narquoisement Le Routard, et située dans une anse de petite taille. A première vue, on peut la trouver presque laide, surtout si on la compare à ses voisines françaises. En la regardant mieux, je lui trouve beaucoup de charme. J’aime ses hôtels en activité ou faillis, son école Jean Jaurès vieillie, sa banale église contemporaine, ses maisons entassées et surtout, encore un hôtel, ce paquebot de béton posé au-dessus des voies ferrée, datant du début des années trente, dont le tribord qui surplombe les trains est muni d’un horrible filet vert destiné à enrayer les chutes d’éléments de façade. Cet Hôtel du Belvédère du Rayon Vert est une réalisation de l’architecte Léon Baille. Ce fut la première construction en béton armé moulé au monde. Il est doté d’une salle de spectacle de cent cinquante places. On peut le louer pour se marier.
Aujourd’hui, à Cerbère, chez les écoliers, c’est éducation civique sur le terrain. Une classe assiste à la récupération par des plongeurs de poubelles tombées dans la mer. Une autre parcourt les rues en ramassant les déchets qui traînent, ce qui n’est pas du goût d’une femme qui le dit à une autre : « Les gens jettent leurs ordures n’importe où, c’est pas à nos enfants de les ramasser. »
En bord de mer, sous les voies ferrées, devant un antique wagon de marchandises, est érigée une statue de femme à panier d’oranges. C’est un hommage aux transbordeuses, ces femmes qui, à cause de la différence d’écartement des voies entre la France et l’Espagne, étaient employées à la manutention des marchandises qu’elles faisaient passer du wagon en provenance d’Espagne à un wagon français disposé en vis-à-vis. En mil neuf cent six, ce sont elles qui firent la première grève de femmes en France.
Une autre statue est installée sur la placette des Transbordeuses, un endroit sous la protection de Voisins Vigilants « en liaison immédiate avec la gendarmerie ». Mon appareil photo me permet de montrer patte blanche (si je puis dire).
Après avoir fait tout le tour de Cerbère, je prends un café verre d’eau à un euro cinquante à la terrasse du Restaurant de la Plage. Bien que le ciel hésite entre se voiler et se dévoiler, il y fait bon commencer ma relecture du Journal de Gouverneur Morris. Je la poursuis sur un banc du port en assistant au repêchage d’une dernière poubelle.
C’est également au Restaurant de la Plage, qui n’a guère de concurrence, que je déjeune pour seize euros de sardines grillées pommes frites suivies d’une crème catalane, en buvant deux verres de vin blanc de Collioure à trois euros cinquante. On y est pingre en pain. Je n’ose en redemander une deuxième fois.
Afin de prendre le train de quinze heures trente-sept, je monte à la gare par la route sous un ciel devenu bleu. En chemin, je m’engage le long de la voie ferrée pour prendre une dernière photo de l’Hôtel du Belvédère du Rayon Vert quand une voix féminine m’interpelle.
-Vous n’avez pas le droit d’aller par-là, monsieur.
Cette voisine vigilante travaille au poste de contrôle.  
-Je fais une photo, lui dis-je.
-Une photo et vous revenez, m’ordonne-t-elle.
Je n’irai pas jusqu’à la qualifier de cerbère.
Je monte dans mon train en compagnie de quelques Espagnols arrivés de Port-Bou par la compagnie Rodalies de Catalunya. L’une me demande s’il va bien à Perpignan en me tutoyant comme font souvent les étrangers quand ils parlent en français et j’aime ça.
Descendu à Collioure, c’est par un temps que l’on peut qualifier d’estival que je poursuis ma lecture après avoir bu mon habituel café au Petit Café. Il doit son nom au local en forme de trou dans lequel il est installé. Sa terrasse est immense.
                                                                 *
Une arrivante à Collioure : « C’est où, l’église ? C’est quand même pas ça ! »
                                                                 *
Une autre : « C’est plus joli que Saint-Tropez. Et puis surtout, pas encombré d’énormes bateaux pouraves. »
 

10 octobre 2019


« Les hauts de Collioure », c’est le nom d’une des douze randonnées « mar i munt » proposées par le département des Pyrénées-Orientales. Je m’en suis procuré un topoguide succinct à l’Office de Tourisme : trois heures, neuf kilomètres six, facile, en boucle. Comme l’itinéraire passe par le Fort Saint-Elme que j’ai déjà atteint par un autre chemin, je décide ce mercredi matin de n’en faire qu’une partie puis de redescendre sur mes pas.
Le départ est près du temple à la façade ocre jaune. Un panneau invite à songer aux réfugiés qui sont passés par ici lors de la Deuxième Guerre Mondiale. Après un passage sous la voie ferrée, me voici rue de la Galère. Il faudrait ensuite aller, par le chemin de la Consolation, vers une fourche puis monter à gauche afin de faire un aller-retour jusqu’à Notre-Dame de la Consolation, mais je ne trouve pas.
Peu importe, je continue entre les vignes par une attirante petite route goudronnée, puis par un chemin de terre caillouteux, bénéficiant au fur de la montée d’une belle vue sur Collioure, Argelès-sur-Mer et Port-Vendres. La Galère est le nom d’un champ de vignes, lis-je sur une barrière. Je fais des photos mais ça donne peu. Les montagnes ont l’air d’être moins hautes qu’elles ne sont. Quand même, je suis au-dessus du Fort Saint-Elme. J’aperçois des fortifications sur les sommets voisins. J’entends siffler les trains quand ils entrent dans le tunnel tout en bas. Au bord du chemin, je trouve un petit monument blanc à la mémoire d’un pompier mort à cet endroit en mil neuf cent soixante-quinze, puis j’atteins un sommet. Poursuivre voudrait dire descendre donc monter au retour et je mesure ma fatigue. Je fais demi-tour, apercevant dans la descente le Fort Dugommier qui était mon objectif et que j’avais raté en montant.
A midi, L’Amphitryon affichant toujours le même premier menu, je tente L’Arcade dont la terrasse est entourée de maisons colorées. Une jeune serveuse m’installe à une table sous les arbres. La formule du jour à quatorze euros cinquante propose une salade Serrano Manchego puis un sauté de bœuf sauce banyuls. Ce dernier est aussi bon que copieux. Le demi de vin blanc à huit euros est correct et le pain rustique excellent. Pendant ce temps, le ciel passe du bleu au gris.
C’est la première fois que je vois Collioure sous les nuages. Cela ne m’empêche pas de boire un café verre d’eau à la terrasse du Petit Café. J’y termine la lecture des Carnets de Montherlant devant une plage désertée, tandis que les membres du commando de choc s’entraînent en mer. Lorsque leur bateau revient vers le port, ils sautent un à un dans l’eau, ce qui fait s’esclaffer une touriste allemande. «  Das ist un spectacle », s’exclame-t-elle en langue mixte.
Cinq minutes plus tard, après avoir nagé jusqu’à la petite plage cachée par l’église, ces soldats aux visages grimés et lourdement armés passent en courant sur la promenade pour rejoindre leur commandement rentré à la base sans se mouiller. Quelques applaudissements se font entendre, certains un brin moqueurs.
                                                                 *
Vêtements et chaussures de ville, c’est ma tenue de randonneur depuis le début des années soixante-dix, et point de bouteille d’eau dans mon sac. Un modèle à ne pas suivre.
 

1 2 3 4 5 » ... 192