Le Journal de Michel Perdrial

Le Journal de Michel Perdrial




Loïc Boyer
Je suis l’auteur de textes courts qui furent publiés depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze dans des revues littéraires en France (Supérieur Inconnu, Supplément d’Ame, Nouvelle Donne, Le Bord de l’Eau, Pris de Peur, l’Art du Bref, Sol’Air, Gros Textes, Salmigondis, Verso, Décharge, Bulle, Filigranes, Diérèse, Martobre, Comme ça et Autrement, (Cahier d’) Ecritures, La Nef des Fous), en Belgique (Traversées, Ecrits Vains, L’Arbre à Plumes, Inédit Nouveau, Bleu d’Encre), au Canada (Les Saisons Littéraires) et en Italie (Les Cahiers du Ru).
Les courageuses Editions du Chardon ont publié en mil neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Erotica, un recueil de vingt-huit de ces textes, illustré par Isabelle Pio et Antoine Lopez et préfacé par Sarane Alexandrian, toujours disponible auprès de moi.
Je suis également l’auteur d’une pièce de théâtre et de plusieurs romans ou récits à ce jour inédits.
Depuis le onze novembre deux mille six, je publie mon Journal via Internet, un temps sous-titré Persiflages, moquages et autres énervages mâtinés de complimentages et de contentages. Sa première partie est lisible chez Eklablog, la deuxième ici.
Je vis au centre de Rouen dans un ancien monastère où autrefois les Sœurs de la Miséricorde se vouaient à l’éducation des jeunes filles.







Rss

24 avril 2018


Y aller ou pas ? Le vide grenier mensuel des Emmurées, rive gauche de Rouen, ne m’a valu jusqu’alors que des déceptions mais le beau temps aidant, peut-être que ce dimanche il en sera autrement. Je réponds donc positivement mais au moment où je vais sortir quelques coups de tonnerre et une averse m’en empêchent.
Un quart d’heure plus tard, le calme et le soleil sont de retour. Je traverse la Seine. Il est huit heures quand j’atteins la halle où les derniers arrivés s’installent dans un certain désordre. « On va finir par être interdit », s’inquiète l’organisateur, « on a eu les flics deux fois ce matin ». Ce vide grenier est sans réservation. Il attire des vendeurs de misère, d’où des conflits de places, certaines étant meilleures que d’autres selon eux. Ce qui pourrait être meilleure, c’est la marchandise proposée, qui peut acheter ça ?
J’ai néanmoins mon coup de chance. Un trentenaire a sur sa table des livres qui pourraient être vendus par un bouquiniste de qualité. J’en extrais les deux premiers tomes du Journal de Roger Martin du Gard publié par Gallimard, deux livres énormes et lourds à la reliure rigide et épaisse.
Ce sont des livres comme on n’en fait plus. Le premier tome a mille quatre-vingt-quatorze pages et coûtait trois cent cinquante francs. Le deuxième tome a mille trois cent soixante-dix-huit pages et coûtait trois cent quatre-vingt francs. Je crains que le vendeur m’en demande au moins dix euros chacun, mais il ne me réclame que deux fois deux euros
Je retraverse la Seine bien chargé et bien content en me demandant comment trouver à bon prix le troisième tome et le temps de lire tout ça.
                                                         *
Extrait du règlement du vide grenier mensuel des Emmurées : « Toutes personnes causant des difficultés où des problèmes sera expulsé et pas de remboursement sauf les 10€ de caution. »
                                                         *
L’étoile de Roger Martin du Gard, prix Nobel de littérature, a bien pâli. Qui lit Les Thibault aujourd’hui? Au temps du lycée, j’en ai lu quelques tomes, empruntés à la bibliothèque municipale de Louviers. L’ennui m’a interdit d’aller jusqu’au bout. Bien davantage m’a intéressé son court texte Confidence africaine, découvert récemment, qui narre un inceste frère sœur.
 

23 avril 2018


Et bien sûr tout le monde se félicite de cette chaleur estivale débarquée tout droit du changement climatique l’avant-dernière semaine d’avril. Ce vendredi matin, côté brocanteurs et bouquinistes, le marché du Clos Saint-Marc fait le plein. Tel qui ordinairement n’y sort ses livres des cartons que vers dix heures, à moins qu’un acheteur éventuel et impatient ait fait le boulot à sa place, a déjà tout installé sur ses tables.
Cela permet au lève-tôt que je suis de faire le tour de son stock, par ailleurs renouvelé. On y trouve du bon, mais je me restreins au très bon. A un autre, il vend six livres pour dix euros. J’ai en main Lettres à Martin Zapater de Francisco de Goya aux Editions Alidades, que j’estime à deux euros, auquel j’ai ajouté L’homme assis dans le couloir, très court texte de Marguerite Duras publié chez Minuit, que j’estime à un euro.
Je lui demande combien pour ces deux livres.
-Quatre euros, me dit-il
-C’est deux et deux ou bien trois et un ? lui demandé-je.
-Je vois pas les choses comme ça, me répond-il, je vous ai fait un prix pour le lot. Le Goya c’est rare, j’en ai jamais vu un autre.
-C’est vrai, lui dis-je, mais le Duras ne fait que vingt pages avec des marges énormes.
Mon argument le laisse de marbre (comme on dit). Je n’insiste pas. Depuis au moins une semaine je suis d’une humeur exécrable et je connais le gaillard, ça pourrait dégénérer. Je paie les quatre euros demandés.
Ce n’est pas la première fois, avec ce marchand comme avec certains de ses collègues, que je paie plus que les autres. J’y vois deux raisons.
D’abord, lorsque je choisis un livre ils savent que c’est un bon, que j’y tiens déjà et que je paierai le prix exigé s’il reste raisonnable.
Ensuite, je ne copine pas avec eux comme le font la plupart des acheteurs réguliers, avec qui ils sont à tu et à toi, tapes sur l’épaule et plaisanteries à la rouennaise.
Celui à qui j’ai affaire ce vendredi, un jour m’a dit bonjour en me tutoyant et j’ai répondu en refusant de faire de même.
                                                         *
Un peu plus tard, rue de la Champmeslé, je me fais choper par la voiture à TomTom. Usant de mon sac plastique pour cacher mon visage, j’en maudis le conducteur.
                                                         *
L’endroit idéal à midi, pour lire après avoir bu un café, la terrasse du Son du Cor débarrassée de son pesant auvent. Les deux femmes à chiens, dont l’un aboyeur et vomisseur, n’y sont heureusement pas. A leur place, trois lycéennes de seconde papotent.
La première, à propos d’un garçon évidemment : « Il était sur moi. On a failli sortir ensemble. Mais il était hyper trop timide. C’est moi qui faisais la conversation toute seule. »
La deuxième, à propos d’un autre dont la troisième lui montre la photo : « Il est drôlement mignon. Tu dois pas être son premier coup. »
                                                        *
En fin d’après-midi, je suis au jardin avec mon ordinateur installé sur un plateau posé sur deux tréteaux à l’ombre du bâtiment, car l’arbre élagué ne peut faire office de parasol. Encore moins de fleurs cultivées cette année, quelques tulipes esseulées et des jonquilles déjà fanées. En revanche, des pâquerettes par milliers dans la pelouse qui sera tondue on ne sait quand et des pissenlits dans la jardinière en forme de vasque qui accueille les visiteurs et visiteuses.
                                                       *
Arbres : ceux abattus sur la presqu’île Saint-Gervais par la Mairie de Rouen pour satisfaire aux exigences des forains de la Saint-Romain l’ont été illégalement, vient de juger le Tribunal Administratif.
Ça leur fait un beau tronc (comme on dit chez les végétaux).
 

21 avril 2018


C’est grève chez les cheminots ce mercredi, le train de sept heures cinquante-six pour lequel j’ai un billet est supprimé, aussi je crains que le précédent soit blindé, hors il n’en est rien. Jamais je ne l’ai vu quitter Rouen avec si peu de passagers et, bien que cette bétaillère soit transformée en omnibus, les « arrêts de courte durée » à Oissel, Val-de-Reuil Gaillon/Aubevoye et Vernon/Giverny ne suffisent pas à le remplir. Le chef de bord est heureux d’annoncer que, malgré les étapes, nous arrivons à Paris avec seulement « un contretemps de trois minutes environ ».
Cela me donne le temps de musarder jusqu’à la Bastille avec le bus Vingt puis de lire Le Parisien au comptoir du Café du Faubourg, La carte de la météo est formelle : des soleils partout et des températures estivales au moins jusqu’à samedi.
Chez Book-Off une brigade de quatre Japonais ne parlant pas français renouvelle les rayonnages de romans à un euro avec une célérité toute nippone, puis c’est au tour des dévédés ;
-We have many many many dévédés, leur explique le responsable.
Peu de ces films à un euro semblent trouver preneur. Pour ma part, je n’en ai pas l’usage. Je déteste être assis passivement devant un écran. Je paie un euro pour Warhol, biographie signée Michel Nuridsany, publiée chez Flammarion.
Ce sont les vacances scolaires à Paris, ce qui entraîne la présence d’un seul marchand de livres au marché d’Aligre. Il a supprimé les étiquettes « 1 euro » de son stock inchangé. Je ne m’y attarde pas.
Je retourne vers la Bastille et m’assois sur l’un des bancs qui jouxtent la statue de Caron de Beaumarchais afin d’attendre celle avec qui j’ai rendez-vous à midi. Elle arrive munie d’un sac en papier contenant le pique-nique qu’elle m’a proposé de partager avec elle à l’Arsenal.
Nous sommes parmi les premiers à nous installer sur l’un des murets du port alors qu’accoste le Marcel Carné, lequel achève sa virée sur le canal Saint-Martin au son des chansons de Mistinguett.
Tandis que nous partageons wraps et croissants au jambon en parlant de nos vies respectives, moult pique-niqueuses et niqueurs s’installent jusqu’à ce qu’il n’y ait plus une place de libre. Certain(e)s s’assoient par terre au bord de l’eau. Cela nous rend nostalgiques de la balade qu’on faisait ici le premier janvier lorsqu’elle me tenait la main. Elle me donne le petit cadeau qu’elle a rapporté pour moi de Sicile, je n’ai jamais reçu la carte postale qu’elle m’a envoyée de là-bas. Je lui propose d’aller prendre le café dans un troquet avec terrasse près de son lieu de travail. La seule où il y a de la place est à l’ombre mais il y fait bon.
Quand elle doit aller travailler, je retourne au port de l’Arsenal lire les Mémoires inutiles de Carlo Gozzi qui méritent bien leur nom. Le Marcel Carné s’apprête à partir. Il est comble, sur le toit les familles, à l’intérieur les groupes de vieux. Un divorcé et ses deux moutards, arrivés les derniers, n’ont d’autre choix que de tenir compagnie aux ancêtres. Mistinguett recommence à chanter et les voici partis vers cette double supercherie qu’est l’Hôtel du Nord (seule la façade est conforme à celle d’autrefois et surtout le film a été tourné au studio de Billancourt).
Un bus Vingt-Neuf me conduit vers l’autre Book-Off où je paie un euro Zelda et Scott Fitzgerald (les années vingt jusqu’à la folie), la biographie signée de Kendall Taylor publiée chez Autrement.
Mon train de dix-sept heures quarante-huit est maintenu. C’est un Corail. J’y trouve un fauteuil mais d’autres voyagent assis par terre jusqu’à Rouen où il arrive à l’heure.
                                                          *
Ce mercredi matin, encore une fois Edwy Plenel sur un Vélib’ près du carrefour Ledru-Rollin/Faubourg Saint-Antoine. Pitoyable spectacle qu’il a donné avec son compère Bourdin face à Macron dimanche soir à la télé, deux roquets qui livrent leurs avis plutôt que de poser une question sensée. Bref : tombés dans le piège tendu.
                                                         *
Les filles, les premières à prendre la mesure du temps estival, chortes et minijupes vite sortis des placards.
                                                         *
Le contretemps, ce retard de rien du tout.
 

19 avril 2018


Plusieurs fois que j’envisage d’aller prendre l’air de la mer à Dieppe et que je renonce par la faute du mauvais temps. Ce lundi je me lance, bien que le ciel soit à moitié nuageux.
Prendre un train pour cette ville, c’est voyager avec la ponctualité d’autrefois dans du matériel confortable. Le mien part de la voie huit à neuf heures quatorze et va son chemin sans encombre. Nous sommes deux dans la voiture où je commence la lecture des Mémoires inutiles de Carlo Gozzi. L’autre est au téléphone avec la Police, il veut savoir où récupérer le portable de son fils qui est en prison. Il a reçu « une ordonnance de fin de restitution » mais il ne sait pas s’il doit aller le chercher au Tribunal ou chez eux. La conversation tourne court :
-Y se foutent de ma gueule, y me raccrochent à la gueule, s’emporte le paternel qui envisage de leur mettre douze balles dans le cul.
Je ne juge pas utile de lui faire remarquer qu’on dit « aux fins de restitution ». A l’arrivée il jette son billet dans la poubelle en maudissant le contrôleur qui n’est pas passé.
Dieppe est comme un lundi. Je prends un café au Tout Va Bien où l’on déplore que ce matin on ne vende que de la tartine beurrée et pas un croissant.
Je vais faire un tour dans le quartier du Pollet et y suis momentanément bloqué par le pont tournant qui a pivoté pour donner passage à un cargo qui rentre au port, puis à midi je déjeune au restaurant L’Espérance près d’un couple de sexagénaires dont je n’envie pas l’homme.
-De l’eau, dit-elle à la serveuse, moi du vin j’en bois pas et lui il a pas le droit, je surveille.
Elle a une paire de lunettes autour du cou et une autre sur le nez, Lui n’a qu’une béquille. Au cours du repas elle sort un petit sac en plastique dans lequel ils mettent les miettes de pain pour les oiseaux, puis carrément les tranches de ce même pain, dont elle a réclamé un supplément. Leur conversation se résume à un « On est lundi aujourd’hui ? » jusqu’à ce qu’elle se mette à l’houspiller pour tous les papiers qu’elle a dû remplir pour lui.
-Ah non, je mange pas de ça, s’écrie-t-elle quand la serveuse lui apporte l’andouillette qui m’était destinée. Elle mange une salade sur laquelle elle répand quantité de poivre. Lui mange ses moules marinières à l’eau.
En dessert je commande un clafoutis aux pommes.
-Surtout, ne l’apportez pas à madame, dis-je à la serveuse.
-Je prendrai bien un café, dit l’homme à sa moitié.
-On n’a pas le temps, faut rentrer faire le linge.
L’Espérance oui mais avec modération, me dis-je en sortant. Une fois sur deux, j’en suis content, une fois sur deux, mécontent.
Le pont-levis bleu est levé. Deux chalutiers sortent du port, le Gros Loulou immatriculé à Trouville et le Fer de Lance qui ne dit pas d’où il est. En revanche, il se plaint par une affichette fixée sur sa cabine de la « dictature éolienne ».
Il est temps d’aller voir la vaste mer. Elle est calme et sa plage de cailloux déserte. Les deux bateaux de pêche ne sont bientôt plus que points à l’horizon.
Je remonte la rue principale. En ce jour où beaucoup de magasins sont fermés, on voit bien leur aspect démodé. Il faudrait se ressaisir, Dieppe est une ville qui perd des habitants. Profitant d’un soleil capricieux, je m’installe à l’une des deux tables de trottoir du Brazza où le café est au même pris que sur le port : un euro soixante.
Le train de seize heures part à seize heures, bien rempli, entre autres de randonneurs et de bicyclistes. Le contrôleur ne passe pas davantage qu’à aller, un effet secondaire de la grève sûrement.
                                                                 *
L’un des serveurs du Tout Va Bien à un autre : 
-Mercredi, tu es là où pas ?
-Non, mercredi je travaille pas.
-Bah, comment on fait pour te donner les fleurs ?
-Les fleurs ?
-Mercredi, c’est la Saint Parfait.
 

18 avril 2018


J’ai place en deuxième rangée de corbeille, ce dimanche après-midi, pour l’oratorio de Johann Sebastian Bach Passion selon Saint Jean. Sur scène, dans la pénombre, les instruments et les pupitres sont dominés par une grande croix blanche. La première ligne du livret programme me fait bouillir intérieurement : « Qu’est-ce que la vérité religieuse ? » Pire qu’un oxymore.
Deux heures quinze sans entracte, soupire-t-on derrière moi. Eh oui, ce n’est pas un abrégé du Bach. On y a même ajouté en ouverture There is no love that doesn’t pierce the hands and feet, le prologue d’And You Must Suffer d’Annelies Van Parys et entre les deux parties l’Apocalypse arabe de Samir Odeh-Tamimi.
Passion selon Saint-Jean est un spectacle de la catégorie contes et légendes. J’en connais l’histoire, aussi puis-je me concentrer sur la musique jouée par le B’Rock Orchestra dirigé par Andreas Spering, sur le chant des solistes et du Cappella Amsterdam, sur la mise en espace de Pierre Audi, sur la mise en lumière de Peter Quasters et sur la projection des images de Wim Delvoye. A la fin, je peux dire que j’ai passé un bon dimanche après-midi.
                                                           *
Principale préoccupation de beaucoup des spectateurs de l’Opéra de Rouen : la durée du spectacle. Plus c’est court, plus ça leur va. Leur désir quand ils sortent (comme on dit) : rentrer chez eux le plus vite possible.
 

17 avril 2018


Encore un vide grenier d’hypercentre ce dimanche à Rouen, cette fois « dans les rues du Palais », comme dit l’organisateur, le Comité Massacre (du nom de la rue chère aux rockeurs locaux). Il faut comprendre : dans les rues voisines du Palais de Justice.
Cette année, les exposants sont essentiellement installés rue du Gros. Dans les autres, ils se tiennent éloignés les uns des autres. Le nombre annoncé, entre cinquante et cent, est atteint, mais la qualité est moindre que l’an dernier, aucun livre ne peut m’intéresser.
J’échange quelques mots avec un semi professionnel de ma connaissance. Il tente de me vendre un de ses romans (je n’en lis plus) puis un de ses livres sur Rouen (le sujet ne m’a jamais intéressé). Lui aussi est déçu par les vide greniers. Désormais, il achète en salle des ventes.
-Oui, lui dis-je, mais on ne peut acheter que des lots.
-C’est pourquoi je dois me débarrasser de tout ça, me dit il.
Au moins sera-t-il à l’abri s’il se met à pleuvoir, ayant choisi de s’installer sous l’arcade de la boutique de la Senecefe, rue aux Juifs.
                                                      *
Il avait été question de remplacer ce Palais de Justice par un autre à l’architecture  fonctionnelle qui aurait été situé près de la prison Bonne Nouvelle, pour le côté pratique. Le projet a été abandonné faute d’argent.
A Paris c’est fait. Le Palais de Justice de l’île de la Cité a vécu. L’un des derniers procès s’y déroulant aura été celui des relaxés de Tarnac et de Rouen. Le nouveau, dû à Renzo Piano, trois parallélépipèdes vitrés posés l’un sur l’autre, que je vois chaque mercredi en allant et revenant de la capitale, est tout en hauteur, fonctionnel sûrement, mais laid, du moins de loin. Sa structure en béton avait pourtant de l’allure au temps de sa construction.
J’irai voir ça de plus près, ce nouveau Palais de Justice est situé dans le quartier des Batignolles. Pour s’y rendre en métro, c’est la ligne Treize, laquelle était déjà saturée avant son ouverture, comme le rappelle Libération dans un article où est cité l’humoriste Bun Hay Mean, alias «le Chinois marrant» :
-La ligne 13, c’est celle qui relie la Roumanie aux enfers. C’est même à cause d’elle que le 13 porte malheur.
Ce bâtiment coûtera quatre-vingt-six millions d’euros par an, en loyer versé à Bouygues, jusqu’en deux mille quarante-quatre, pris sur le budget du Ministère de la Justice, la faute à Sarkozy et à son partenariat public privé.
                                                       *
La gaffe.
Lui : « Ah, tu es drôlement bien sur cette photo ! »
Elle : « Ce n’est pas moi, c’est un modèle pour la coiffeuse. »
 

16 avril 2018


Jouer de la musique tandis que boivent, mangent et discutent ceux qui l’écoutent, c’est l’expérience à laquelle sont soumis des trios d’élèves du Conservatoire pour lesquels a été installée une scène sur la partie centrale des marches du foyer de l’Opéra de Rouen ce dimanche après-midi en avant-programme du concert Beethoven et Bizet.
Une femme assise à l’une des tables filme sa violoniste de fille avec son smartphone. Mon œil va de l’une à l’autre. Regarder celle qui admire celle qui joue, c’est voir la musicienne dans vingt-cinq ans.
Je n’attends pas qu’en ait terminé le deuxième trio pour aller m’asseoir au troisième rang du premier balcon et y étudier le programme tandis qu’on s’installe autour de moi. En cette fin de saison, il m’en coûte de plus en plus d’avoir des voisins. Ceux-là ne sont pourtant pas gênants.
Des caméras sont placées en différents points. Certaines se débrouillent seules, dont l’une qui va et vient horizontalement en fond de scène. D’autres sont dirigées ou portées par des cadreurs. Le concert est enregistré par la Compagnie Lyonnaise Cinéma et sera notamment diffusé sur La Chaîne Normande.
En apéritif, c’est Leonore, l’ouverture numéro un du Fidelio de Ludwig van Beethoven. David Reiland est à la direction musicale, chef d’orchestre de tendance expressionniste, dont l’ample gestuelle est un moyen de l’efficacité.
Il donne toute sa mesure avec le Concerto pour violon en ré majeur du même. Lorenzo Gatto est au violon, un stradivarius de mil six cent quatre-vingt-dix-huit dont il tire le meilleur. L’Orchestre n’est pas en reste, conduit d’une main de maître par le maestro dansant. Sa façon de jeter son corps en arrière puis de le lancer vers l’avant me plait particulièrement. Impossible pour moi d’entendre ce concerto sans y inclure en arrière-fond La Route du levant que Gérard Manset écrivit pour Anne Vanderlove en mil neuf cent soixante-dix.
Lorenzo Gatto est triomphalement applaudi, et rappelé avec insistance. Il nous offre un bonus qu’il a l’obligeance d’annoncer avant de le jouer : Carnaval de Venise de Paganini. Sa délectable interprétation lui vaut un nouveau rappel, ce qui nous vaut un presto de Jean Sébastien Bach. Nouvelle ovation, Lorenzo Gatto nous dit avoir l’épaule qui commence à fatiguer mais ajoute à notre plaisir une sarabande du même.
En dessert, après l’entracte, l’Orchestre, toujours magnifiquement conduit par le mouvant David Reiland, joue la Symphonie en ut majeur de Georges Bizet, qu’il composa à dix-sept ans et ne fut jouée que soixante ans après sa mort. Chaque mouvement est un régal. L’adagio permet à Jérôme Laborde de montrer ce qu’il sait faire avec son hautbois. Il est applaudi très fort. L’Orchestre a sa part. Et le maestro la sienne, qui ordinairement se partage entre la direction de l’Orchestre National de Lorraine et celle du Sinfonietta de Lausanne. Il serait prêt à nous donner un bis mais quand il consulte les musiciens du regard, ceux-ci lui font comprendre que non, Lorenzo Gatto nous a déjà mis en retard, la journée de travail est finie, c’est l’heure d’aller au lit.
                                                       *
Je ne sais plus à quel moment les musiciens de l’Opéra de Rouen ont été autorisés à jeter la cravate rouge qui les faisait ressembler aux gardiens de la Fondation Vuitton mais ce fut une heureuse initiative.
                                                       *
Au tour de certains des arbres situés derrière l’église Saint-Maclou de se faire tronçonner. Je le constate tristement ce jeudi en début d’après-midi quand je vais boire un café au Grand Saint Marc. Je fais quelques photos du massacre. Personne ne proteste ? s’étonne un ancien Rouennais de ma connaissance. Eh non ! A chaque fois, le voisinage se lamente, et c’est tout.
                                                       *
Première fois de l’année, ce samedi, que la température extérieure me permet d’ouvrir la fenêtre de ma chambre pour écouter le concert de carillon de onze heures trente. Dans le programme : Sur la route de Louviers.
Ville natale, cela fait un moment que je ne t’aie pas vue.
 

13 avril 2018


Ce mercredi midi, mon déjeuner au Palais de Pékin est sans histoire mais en remontant la rue du Chemin-Vert en direction de la Petite Rockette je me fais choper par la voiture à Mappy qui la descend au son d’une musique de kermesse. Protégé que j’étais par une camionnette stationnée, j’espère ne pas être trop visible sur les images.
Il est presque treize heures. Ce sont surtout des femmes qui attendent devant la recyclerie, venues pour le chiffon et le bibelot ; personne d’autre que moi pour le livre.
J’en ressors avec deux ouvrages de poésie publiés chez Gallimard, Ombre du Paradis de Vicente Alexandre et Axion Esti d’Odysseus Elytis, puis avec le métro Trois rejoins Quatre-Septembre. Au café brasserie des Ducs, j’achève la lecture d’Et devant moi, le monde, l’autobiographie de Joyce Maynard, qui narre en détail sa relation avec Jerry, c'est-à-dire Salinger, écrivain devenu mythique par sa volonté de se tenir loin des médias et de ses lecteurs.
Le portrait de l’homme qui a écrit, après avoir vu sa photo dans un magazine, à la jeune fille de dix-huit ans qu’elle était et l’a séduite, la convaincant de quitter ses études pour vivre recluse avec lui, ne se souciant ni de ses problèmes d’anorexie ni de ses problèmes sexuels, uniquement occupé à l’étude de l’homéopathie, à la confection de repas ascétiques et au visionnage de deux films par soirée, puis la congédiant brutalement, est édifiant. Bien qu’elle ne l’accable pas, l’image de l’auteur de L’Attrape-cœurs en prend un coup.
Après être passé au second Book-Off et y avoir trouvé à un euro Quand vous viendrez me voir aux Antipodes (Lettres à Pierre Boncenne) de Simon Leys (Editions Philippe Rey), je prends un autre café A la Ville d’Argentan. L’écran muet dans mon dos montre en boucle les assauts des Gendarmes Mobiles contre les courageux zadistes de Notre-Dame-des-Landes. Un habitué, gros beauf à moustache, juge qu’on devrait y envoyer la Légion, ça irait plus vite.
Qu’ont fait ces réfractaires à Macron, Philippe, Collomb et autres chantres de l’ordre libéral ? Il faut faire peur à ceux qui tentent de vivre autrement. Sûr que ce n’est pas moi qui irais m'installer dans ce bocage boueux et sans charme.
Le dix-sept heures quarante-huit est à quai quand j’arrive à Saint-Lazare. Ce n’est pas la bétaillère habituelle mais pire : un ancien Transilien à rangées de triples sièges se faisant face. La saleté de la voiture dans laquelle je monte est impressionnante.
-Quelle horreur, commente celui qui me suit. Et en plus il pue.
La cheffe de bord signale que les contrôleurs passeront annoter les billets de première classe pour la raison qu’il n’y en a pas.
-Nous vous souhaitons un bon voyage à bord de ce train Excellence 2020, ajoute-t-elle.
A l’arrivée à Rouen, ce sera vingt minutes de retard, la faute au train nous précédant.
                                                               *
Combien de fois ai-je entendu dire que l’Ecole devait se tenir hors de la politique. Ce jeudi midi, Macron est dans une classe de l’école de Berd’huis dans l’Orne (ce département que Morin, Duc de Normandie, a qualifié de trou du cul du monde), Il discute avec le vieux Pernaut aux cheveux teints. Ce copain des évêques serait plus à sa place dans l’église du village.
                                                               *
La bonne nouvelle de ce jeudi : la relaxe des « inculpé(e)s » de l’affaire dite de Tarnac.
 

1 2 3 4 5 » ... 138