Le Journal de Michel Perdrial
Le Journal de Michel Perdrial

Dernières notes


Loïc Boyer
Je suis l’auteur de textes courts qui furent publiés depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze dans des revues littéraires en France (Supérieur Inconnu, Supplément d’Ame, Nouvelle Donne, Le Bord de l’Eau, Pris de Peur, l’Art du Bref, Sol’Air, Gros Textes, Salmigondis, Verso, Décharge, Bulle, Filigranes, Diérèse, Martobre, Comme ça et Autrement, (Cahier d’) Ecritures, La Nef des Fous), en Belgique (Traversées, Ecrits Vains, L’Arbre à Plumes, Inédit Nouveau, Bleu d’Encre), au Canada (Les Saisons Littéraires) et en Italie (Les Cahiers du Ru).
Les courageuses Editions du Chardon ont publié en mil neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Erotica, un recueil de vingt-huit de ces textes, illustré par Isabelle Pio et Antoine Lopez et préfacé par Sarane Alexandrian, toujours disponible auprès de moi.
Je suis également l’auteur d’une pièce de théâtre et de plusieurs romans ou récits à ce jour inédits.
Depuis le onze novembre deux mille six, je publie mon Journal via Internet, un temps sous-titré Persiflages, moquages et autres énervages mâtinés de complimentages et de contentages. Sa première partie est lisible chez Eklablog, la deuxième ici.
Je vis au centre de Rouen dans un ancien monastère où autrefois les Sœurs de la Miséricorde se vouaient à l’éducation des jeunes filles.







Rss

Mercredi, premier jour de soldes, à Paris

11 janvier 2019


Sur le chemin de la gare, ce mercredi matin, je jette dans la boîte à lettres de la place des Carmes un petit paquet contenant un livre que m’a acheté son auteur. C’est la deuxième fois que cet écrivain procède ainsi. Je suppose qu’il les offre, après les avoir payés plus cher que s’il les avait achetés directement chez Book-Off. Il n’aurait pas eu à aller loin pour rejoindre Ledru-Rollin, il habite dans le onzième arrondissement.
Quand j’entre dans la gare, le train de sept heures cinquante-trois est annoncé avec trente minutes de retard, lesquelles deviennent bientôt quarante, la faute à un train en panne.
Comme tout le monde, je me rabats sur le huit heures cinq qui vient de Paris et repart dans l’autre sens en s’arrêtant partout. Pour une raison non précisée, il démarre avec vingt minutes de retard, qui en feront seulement quinze à l’arrivée gare Saint-Lazare.
Les ennuis continuent dans le métro. La ligne Trois est en panne. Je me rabats sur la Quatorze. Lorsque j’entre chez Book-Off, il est onze heures moins vingt-cinq.
C’est calme (comme on dit dans le commerce). En ce premier jour de soldes, certains doivent avoir pour priorité de se nipper à moins cinquante. Je fais bonne récolte de livres à un euro : Les Baumes de l’amour de Piero Camporesi (Hachette), Quelque chose d’écrit d’Emanuele Trevi (Actes Sud), Gustave Flaubert par Albert Thibaudet (Tel/Gallimard), Mes galeries et mes peintres, entretiens de Daniel-Henry Kahnweiler avec Francis Crémieux (L’Imaginaire/Gallimard), Donc c’est non, la correspondance d’Henri Michaux (Gallimard).
Il pleut vers midi moins le quart mais je n’ai que trente mètres à faire sur le trottoir avant d’entrer au Rallye, mon Péhemmu chinois préféré. J’y commande ma formule préférée : hareng pommes à l’huile confit de canard pommes sautées salade avec un quart de côtes-du-rhône. Jusqu’à maintenant, je n’ai rien pu noter dans mon carnet Muji car j’ai oublié mon stylo. La gentille serveuse m’en prête un que je lui rendrai la semaine prochaine même si elle me dit de le garder.
Après avoir réglé les dix-huit euros et quelque, je remonte la rue du Faubourg Saint-Antoine jusqu’à chez Mona Lisait espérant qu’on y solde, mais non. J’y vois néanmoins Le Dossier M. livre 1 de Grégoire Bouillier à cinq euros, un pavé qu’ayant parcouru je déclare indigeste et n’achète pas.
Le métro Huit est censé m’emmener jusqu’à Opéra mais il débarque tout le monde à République pour cause de panne plus loin. Je me rabats sur la ligne Neuf.
Au second Book-Off, il y a davantage de monde. Un nouveau naïf à téléphone scanne les codes barres. Il achète tant de livres à un euro qu’il peine à porter ses deux énormes sacs. Beaucoup lui resteront sur les bras. Personnellement j’achète peu, dont La vie démesurée de François-Marie Banier de Gaspard Dhellemmes (Fayard)
J’en commence la lecture à La Ville d’Argentan alors qu’il tombe une drache qui fait courir tout le monde sur le parvis de la gare. Le train de dix-sept heures vingt-trois est à l’heure. J’y termine la lecture de la biographie du flamboyant flambé. En dernière page, je lis ceci : « Remerciements à Noël Herpe, qui m’a poussé à me jeter à l’eau et pour ses précieux renseignements rohmériens. » Ce qui n’est pas sans rapport avec le début de ma journée.
                                                                     *
A l’aller, lecture de Délectations moroses de Frédéric Schiffter publié au Dilettante. Les considérations et les aphorismes de cet écrivain grognon relèvent de la banalité. Exemple : Moins la télévision offre aux gens des raisons d’admirer, plus elle les conditionne à se lever pour applaudir. Je n’y trouve pas le moindre intérêt. Comment Le Dilettante, qui publie de très bons auteurs (Calet, Hyvernaud) et des bons (Blanchard), peut-il aussi publier celui-ci ? Faut-il prendre ici le mot dilettante dans son sens péjoratif ?
 


Nouveau commentaire :