Le Journal de Michel Perdrial

Le Journal de Michel Perdrial




Loïc Boyer
Je suis l’auteur de textes courts qui furent publiés depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze dans des revues littéraires en France (Supérieur Inconnu, Supplément d’Ame, Nouvelle Donne, Le Bord de l’Eau, Pris de Peur, l’Art du Bref, Sol’Air, Gros Textes, Salmigondis, Verso, Décharge, Bulle, Filigranes, Diérèse, Martobre, Comme ça et Autrement, (Cahier d’) Ecritures, La Nef des Fous), en Belgique (Traversées, Ecrits Vains, L’Arbre à Plumes, Inédit Nouveau, Bleu d’Encre), au Canada (Les Saisons Littéraires) et en Italie (Les Cahiers du Ru).
Les courageuses Editions du Chardon ont publié en mil neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Erotica, un recueil de vingt-huit de ces textes, illustré par Isabelle Pio et Antoine Lopez et préfacé par Sarane Alexandrian, toujours disponible auprès de moi.
Je suis également l’auteur d’une pièce de théâtre et de plusieurs romans ou récits à ce jour inédits.
Depuis le onze novembre deux mille six, je publie mon Journal via Internet, un temps sous-titré Persiflages, moquages et autres énervages mâtinés de complimentages et de contentages. Sa première partie est lisible chez Eklablog, la deuxième ici.
Je vis au centre de Rouen dans un ancien monastère où autrefois les Sœurs de la Miséricorde se vouaient à l’éducation des jeunes filles.







Rss

17 janvier 2015


M’étant mis dans la tête que la galerie 12.3 se tenait rue des Bons-Enfants je la cherche en vain, passant trois fois devant les militaires lourdement armés qui ont rejoint les policiers devant la synagogue (Une femme : « Bon courage, merci d’être là ». Un soldat : « Il n’y a pas de quoi. »). J’entre dans la galerie Racaille. Via Internet, son aimable responsable me remet sur le bon chemin : « Rue Beauvoisine ».
Au numéro cent vingt-trois de cette rue, derrière un échafaudage, se tient la petite galerie où l’on vernit ce vendredi soir l’exposition du photographe Vincent Verhaeren en sa présence. Preneur de son pendant trente-trois ans à la Radio Télévision Belge Francophone, et à ce titre présent sur tous les lieux de la planète où il se passait quelque chose d’important, Vincent Verhaeren avait avec lui un appareil photo qu'il ne gardait pas dans sa poche. A cela s’ajoutent les photos prises lors des voyages personnels. Il en résulte une collection impressionnante d’images en noir et blanc. Elles montrent essentiellement des désastres (guerres, insurrections, famines, coups d’Etat, etc.) et quelques moments heureux (révolution des œillets au Portugal). Leur intérêt n’est pas seulement documentaire mais aussi esthétique.
Comme nous ne sommes pas nombreux, il est aisé de discuter avec Vincent Verhaeren qui précise à l’un que ses photos sont en vente cent cinquante euros sans le cadre mais que ce n’est pas ça qui l’intéresse, c’est d’éveiller les consciences. Il ne se fait cependant pas d’illusions, constatant que dans presque tous les pays où il est passé la situation est encore pire aujourd’hui (hormis certains en Amérique Latine).
Il préfère le noir et blanc à la couleur parce qu’il va à l’essentiel et la photo au film parce qu’elle permet d’imaginer. Il raconte sa première exposition en quatre-vingt-sept au Musée de la Photographie de Charleroi qui dut être prolongée de six semaines en raison de son succès : « Tiens, je suis un photographe. », me suis-je dit.»
Je lui demande s’il est de la famille d’Emile. C’est possible mais rien n’est certain car les archives d’une maison communale ont brûlé. Il m’explique qu’actuellement ce n’est pas facile pour le poète en Belgique car les Flamands lui reprochent d’avoir écrit en français et les Wallons lui reprochent d’être un Flamand. Un jour, dans une manifestation officielle, il a vu une liste d’écrivains belges de langue française où le nom de Verhaeren n’était pas.
Je prends un verre de vin rouge, refais le tour des photos. Ma préférée montre une famille libanaise sur son balcon, souriante, saluant de la main en direction du photographe, le témoignage d’un moment de bonheur. Les murs de l’immeuble sont criblés de trous faits par des balles.
-Parlez-en autour de vous, me dit Vincent Verhaeren lorsque je pars. Voilà qui est fait.
                                                               *
Rouen, ce vendredi matin, sur la porte du marchand de journaux de la rue Beauvoisine : « Charlie est épuisé ». Il y a de quoi et il n’est pas le seul.
 

16 janvier 2015


D’aucuns s’étonnaient que je ne sois pas fâché avec le Rouennais Jean-Emmanuel Dubois (dit Deluxe). Il est fâché avec tout le monde, me disait-on.
C’est que je n’en avais pas encore eu l’occasion. Elle est venue avec ce que j’ai écrit du concert organisé par lui des Dowling Poole au Verre à Soi en décembre dernier. Je n’avais pourtant pas parlé de la photo où il figurait avec un bonnet de Noël dans Paris Normandie afin de promouvoir le disque desdits, mais que j’ironise sur ceux qui sont tombés dans une faille temporelle musicale et n’en sortent jamais plus lui a disconvenu. Je ne pensais pas à lui en premier, cependant il s’est senti précisément visé et en a profité pour me dire le fond de sa pensée :
« Je ne comprends pas ton ton systématiquement dépressif dans cet article ainsi que cet attachement aux détails sans intérêt ou aux considérations personnelles anecdotiques. Pour tout te dire ça me gonfle un peu. Voilà- »
Il n’avait pas de temps à perdre à entretenir une polémique, concluait-il. Je lui ai répondu que moi non plus, ne relevant même pas le fait que je n’écris pas d’articles.
Ne voilà-t-il pas que le sept janvier dernier, sur le réseau social Effe Bé, il s’approprie d’un habile copié collé l’extrait de la lettre de Gustave Flaubert à Ernest Chevalier dans laquelle l’écrivain vilipende Rouen et ses habitants, que j’ai cité dans mon Journal, texte que je n’ai pas trouvé en ligne (comme on disait) mais à l’occasion de ma lecture sur papier de la correspondance de Gustave.
« Tiens, tu lis donc encore mon Journal ? Il n’aurait pas été malvenu de citer ta source. », lui dis-je en commentaire.
Il le censure. Je lui fais état de son incorrection. Il m’envoie alors, via la messagerie instantanée, une giclée d’invectives ornées de fautes de frappe :
« certe je lit ton Blog » « mais c'est surtoout pouse ses vertues comiques » « de lire la vie depressive et chiante » « d'un prof a la retraite (rien que ça) » « D'un cretin qui nous raconte ce qu'il a bouffe a midi » « ou ce que lesploucs rouennais on pu dire » « bref » « Bon tu m'excusera mais je te banni ».
Et illico me radie.
                                                                   *
J’avais pourtant une bonne opinion de lui, le trouvant courageux, lui ancien élève des Beaux-Arts de Rouen, d’avoir choisi une voie personnelle plutôt incertaine dans l’écriture d’articles et d’ouvrages relatifs à la chansonnette des sixties et dans l’édition de disques via son label Martyrs of Pop, sans occupation alimentaire parallèle. Lorsque je l’évoquais dans ce Journal, je l’appelais l’ami Deluxe.
                                                                   *
Son insulte suprême : « prof à la retraite ». Déjà en octobre dernier, un artiste peintre vexé me traitait d’ « ancien instituteur ».
 

15 janvier 2015


« Epuisé. Votre marchand de journaux s’engage à réapprovisionner pendant 8 semaines. Aucune réservation. » lis-je à sept heures et quart en chemin vers Paris sur la porte du Drugstore au carrefour de la Crosse. Comprendre : « Tu ne trouveras nulle part le Charlie Hebdo des survivant(e)s». Je me désintéresse donc de l’affaire et vais directement à la gare où Rouen Givrée fait publicité pour son marché de Noël via les panneaux lumineux (nous sommes le quatorze janvier, le marché est terminé depuis dix jours).
Bizarre train que celui qui m’emmène à la capitale, un modèle graffité à remplissage maximal avec uniquement des sièges face à face, mal chauffé, à l’éclairage défectueux, aux toilettes introuvables. J’y lis les Dernières Lettres de Walter Benjamin (Rivages Poche). L’obsession de Benjamin, très malade, pourchassé par les nazis : continuer son étude sur Baudelaire.
A Saint-Lazare, un piquet de grève tenu par les dames pipi interdit d’entrer dans les toilettes. C’est le moment de retenir son envie. Je satisfais la mienne au Café du Faubourg à Ledru-Rollin puis y lis Libération au comptoir.
Après un passage chez Book-Off, je rejoins Châtelet à pied, frôlant l’endroit où tout a commencé mercredi dernier. Une averse me fait entrer chez New New où je déjeune près d’un couple qui vit dans Le Parisien et que je me mets vite à détester, signe que je vais mieux.
Le soleil apparu, j’entre au Centre Pompidou après un contrôle un peu plus poussé que d’habitude mais sans doute insuffisant (on me croit sur parole quand je dis que dans le sac noir ce sont des livres). Ce n’est plus la cohue des vacances. J’y revois l’étage contemporain, m’attardant devant O’Black (Atelier clandestin) de Malachi Farrell, artiste irlandais vivant en France : un sol jonché de vêtements, des machines à coudre qui deviennent folles dans une ambiance de tremblement de terre, sorte de Tingely dingue à lumière aveuglante et bande son assourdissante.
Un bus me conduit du côté de l’Opéra en fin d’après-midi où je bookoffie à loisir puis j’attends le train du retour Chez Léon. J'y apprends qu’en certains endroits on s’est battu physiquement pour avoir un Charlie Hebdo.
Durant cette journée parisienne, alors que tous les numéros ont été vendus en quelques minutes, je n’ai vu personne le lire, que ce soit dans les transports en commun ou dans les cafés. A croire que ceux qui l’ont se cachent pour cela, comme ils le feraient avec un magazine porno, à moins qu’ils aient peur de se le faire piquer.
                                                                    *
Deux femmes dans le Marais.
La première : « Elle m’a dit qu’elle attendait que ses enfants aient terminé leurs études et puis elle partira en Israël parce qu’elle ne se sent pas en sécurité. »
La deuxième : « On n’est en sécurité nulle part. »
                                                                   *
Parmi les livres rapportés : Les Saigneurs de la guerre (Brève histoire de la guerre et de ceux qui la font) de Jean Bacon (Phébus), dessin de couverture de Cabu.
                                                                   *
L’envie de faire ce que certains veulent interdire, j’ai toujours été comme ça, ce qui motivait mon besoin d’acheter Charlie Hebdo, un besoin que les vandales du petit matin ont fait passer.
 

13 janvier 2015


Comme une nouvelle habitude, pas prête de s’arrêter j’espère, le mardi en début d’après-midi, c’est au Guidoline Café que j’en bois un et écris la suite.
A six heures et demie ce matin sur France Cul, Mano Solo et Cabu (fils et père qui ne s’entendaient guère) chantaient ensemble La Java du Diable de Charles Trenet. Cabu aurait eu soixante-dix-sept ans aujourd’hui si les deux frères salopards à cerveau de pois chiche ne l’avaient pas descendu.
Sur le site du journal Libération, qui a donné accueil aux rescapés, la couverture du numéro de demain de Charlie Hebdo « journal irresponsable ». Sur un fond à la couleur de l’islam, on y voit Mahomet brandir son Je suis Charlie et pardonner, un privilège de religieux (le pardon n’est pas affaire de mécréant, de même que le blasphème et combien ça m’énerve d’entendre certains n’ayant pas de religion revendiquer le droit au blasphème).
Cette une me déçoit jusqu’à ce que je la regarde mieux et découvre ce qui se cache dans le dessin de Luz. Tiré à trois millions d’exemplaires et en seize langues, ce numéro risque de s’arracher. Certains lecteurs fidèles voient en ces futurs nouveaux acheteurs des résistants de la dernière heure. Il me semble pourtant que la résistance cela commence lorsque la guerre est déclarée, quand il y a des morts. En France, cette guerre à la pensée libre ou à la libre pensée a commencé mercredi dernier.
Demain je serai de retour à Paris, dans le quartier de la Bastille. Avant toute chose, acheter Charlie Hebdo, avec en couverture le prophète à tête de nœud.
 

12 décembre 2015


J’arrive à dix heures dix à Paris ce dimanche onze janvier. Le métro gratuit me conduit au Père Lachaise à mi-chemin du deuxième parcours prévu, entre République et Nation ; le premier par le boulevard Voltaire étant celui des dirigeant(e)s dont je ne veux pas voir la tronche.
Il fait beau. Des gendarmes mobiles patrouillent dans les rues de ce carrefour stratégique où la chaîne d’information continue a garé une grue géante télescopique. Entré dans le cimetière, mes pas me conduisent sans erreur jusqu’à la tombe de Bashung dont je revois le cercueil descendant l’allée d’arbres le jour de son enterrement. Un couple d’Alsaciens y est, l’ayant connu enfant : « C’est lui qui a eu le premier vélo demi course du village. Il était bleu. »  Pas loin, de jeunes touristes européen(ne)s appuyé(e)s sur les barrières qui tiennent à distance de la tombe de Morrison ont la mine aussi défaite que si celui-ci était enterré de la veille.
Retourné au carrefour, en haut de la rue du Chemin Vert, je déjeune à la brasserie du Rond Point. Au dessus de ma table est accrochée la photo d’une foule énorme. C’est la pochette de Chants révolutionnaires du monde par le groupe 17, présentation de Max Pol Fouchet. Un journaliste entre.
-Y passent là ? lui demande le patron.
-Oui, y passent là mais le cortège principal, c’est boulevard Voltaire, avec les chefs d’Etat. Ils vont marcher cent cinquante mètres.
-Pas plus ?
-Ben non, vous imaginez ! Abbas et Netanyahou ensemble dans les rues de Paris, avec tous les autres en plus !
D’autres futur(e)s manifestant(e)s déjeunent aussi ici. « Hollande qui dit qu’aujourd’hui nous sommes la capitale du monde, il va falloir qu’il prenne des chaussettes plus grandes. », entends-je.
Cela commence à sérieusement arriver quand je prends le café au Gristi Bar où ne se trouve qu’un habitué de comptoir. « Tu sais, dit-il au patron, le Noir qui a planqué les gens dans la chambre froide, il habite aux Amandiers, je le vois jouer au tiercé là-bas. Je peux me tromper, hein, parce qu’un Noir c’est un Noir. »
Dès avant quinze heures, le boulevard de la République est bouché jusqu’au carrefour où je suis, impossible de remonter au point de départ de la marche. J’opte pour rester sur place. Un grand graffiti rouge Je suis Charlie orne un mur. Deux gendarmes mobiles, des collègues de celui qui a tué Rémi Fraisse à Sivens, sont devant mais ici ils sont en mode gardiens de la paix et non pas forces de l’ordre. Je vais me placer près d’eux. Quand ceux qui ne peuvent plus avancer comprennent qu’ils n’ont d’autre solution que de démarrer la marche de l’endroit où ils sont, je regarde passer qui suit Charlie en prenant des notes sur mon carnet de chez Muji. Mes voisins en uniforme doivent me croire journaliste. Au-dessus de nos têtes sur la plateforme de la grue télescopique, un cadreur filme et une parleuse commente la foule incessante, compacte, calme et déterminée qui frappe parfois dans les mains ou scande Charlie Charlie Charlie.
                                                  *
Une femme noire portant pancarte : « Je suis juive et musulmane. »
                                                  *
Une pancarte portée par une jeune femme : « Ni Dieu, ni Allah, ni Hollande ».
                                                  *
Un homme aux gendarmes : « C’est bien de vous voir au milieu de la population, les gars, bonne année. »
                                                  *
Une qui veut partir, aux gendarmes : Ménilmontant, c’est par où ?
Le premier : A votre gauche, si vous arrivez à traverser la foule.
L’autre : Je connais une chanson sur Ménilmontant
                                                  *
Une pancarte : « C’est la liberté q’on assassine. » (l’orthographe aussi)
                                                  *
Passe une vieille promenant un chien vêtu de bleu.
Un des deux gendarmes : « Elle est à contresens de la manifestation avec un caniche. Encore, ce serait un pitbull. »
                                                  *
Une femme en foulard à drapeau tricolore : « Pas en mon nom. »
                                                  *
Une jolie fille portant pancarte : « Une seule religion : l’amour. »
                                                  *
Un homme à l’un des gendarmes, désignant le tonfa :
-C’est un truc pour taper sur les moustiques?
-Oui, y en a des gros par ici.
                                                 *
Une femme : Quelle est la meilleure solution pour sortir d’ici ?
Le gendarme : Une cape de Superman.
                                                 *
Garçon à pancarte : « Je suis Charlie, je suis juif, je suis policier, je suis homo et surtout je suis célibataire. »
                                                 *
Les deux gendarmes mobiles, faisant le même constat que les survivant(e)s de Charlie Hebdo : « On n’a jamais eu autant d’amis. »
                                                 *
Quand la nuit commence à tomber, le défilé toujours aussi intense, je laisse mes deux voisins et entreprends de traverser la masse. Toutes les stations de métro proches de la manifestation étant fermées pour raison de sécurité, j’émerge boulevard Gambetta. Je le remonte jusqu’au métro du même nom avec beaucoup d’autres. Derrière nous, le ciel du soleil couchant est rouge sang.
A dix-neuf heures, je suis chez celle qui a manifesté de son côté, aussi immobile que moi, mais ailleurs. Nous buvons un bon grog en parlant de tout ça avant que je reprenne le train de Rouen.
                                                 *
Ce Sarkozy qui s’impose au premier rang avec les chefs d’Etat, quel type obscène. Et l’ensemble de ces politicien(ne)s, quel(le)s hypocrites.
 

11 septembre 2015


Bien que je n’apprécie pas que cette marche soit qualifiée de républicaine, bien que je sache qu’il y aura là de nombreux et nombreuses qui jusqu’à mercredi dernier détestaient Charlie Hebdo ou le prenaient pour un journal sans intérêt, je prends le parapluie un peu avant quinze heures et me glisse dans le flot qui remonte la rue de la République en direction de la place de l’Hôtel de Ville. Ici, comme ailleurs en ville, depuis ce matin les panneaux Jicé Decaux sont Je suis Charlie. « Nous avons beaucoup de nouveaux amis, comme le pape, la reine Elizabeth ou Poutine: ça me fait bien rire » a déclaré Willem aux médias hollandais, ajoutant : « Nous vomissons sur tous ces gens qui, subitement, disent être nos amis ».
Nous stagnons longuement au pied de la statue verte de Napoléon sur son cheval. De la rue Louis-Ricard, on voit descendre un autre flot. Impossible de savoir combien on est sous la pluie, des milliers et des milliers c’est sûr. J’entends au loin une fâcheuse Marseillaise. A un moment, des applaudissements se font entendre. Sans doute sont-ce des élus qui arrivent, eux aussi nouveaux amis. Quand enfin ça bouge, la difficulté est de s’enfiler, les un(e)s après les autres, dans la rue du Canuet. Aucun slogan heureusement, quelques-un(e)s portent badges et affichettes Je suis Charlie ou des unes du journal. Un Cégété a cru bon d’arborer ses autocollants et de faire ainsi le paon. Je ne vois que ces indécrottables anarchistes de la tendance officielle pour distribuer un tract. Je le refuse.
Je suis Charlie, tu suis Charlie, il ou elle suit Charlie, nous suivons Charlie. « On est tout mouillé » dit un moutard près de moi. « On a le droit d’être mouillés aujourd’hui », lui dit sa mère. « C’est même un devoir », ajoute le père.
Après avoir descendu la rue de la Jeanne, où sur les affiches Je suis Charlie de la librairie L’Armitière des gentillets font de jolis dessins, nous prenons à gauche rue du Général-Leclerc puis à droite rue Grand-Pont. Nous voici sur le pont Boieldieu où le vent souffle si fort qu’il est prudent de replier le parapluie. De là j’ai enfin idée de l’importance de la manifestation car le pont Corneille par lequel se fait le retour est déjà noir de monde et quand j’y suis à mon tour cela continue d’arriver sur Boieldieu.
Je remonte à nouveau la rue de la République avec tous ces gens dont je suis sûr de ne pas revoir la plupart quand il s’agira de manifester pour les Roms ou les Sans Papiers. Beaucoup tapent dans les mains en cadence. Devant la Mairie un musicien joue son petit air de clarinette. Plus loin se fait entendre une fanfare. La boucle bouclée, je vais me sécher et apprends peu après que la Préfecture, qui n’a pas cette fois intérêt à minorer le chiffre, annonce trente-cinq mille manifestants.
                                                            *
Et dimanche, je serai à Paris, quand même, et encore plus mal à l’aise, où je n’irai point entendre le prêche de l’archevêque et cardinal au nom de pape André Vingt-Trois, un exemple de ces contorsions coutumières aux chrétiens dès qu’il est question de liberté. Extrait : « Une caricature, même de mauvais goût, une critique même gravement injuste, ne peuvent être mises sur le même plan qu’un meurtre. La liberté de la presse est, quel qu’en soit le coût, le signe d’une société mûre. »
L’église catholique a porté plainte à moult reprises contre Charlie Hebdo.
 

10 janvier 2015


A entendre et à lire, vendredi matin, ce que rapportent les professeur(e)s sur les réactions de beaucoup de leurs élèves ayant refusé de participer à la minute de silence de la journée de deuil national, se déclarant solidaires des assassins des caricaturistes de Charlie Hebdo parce qu’on n’a pas le droit de caricaturer l’islam et estimant que le policier d’origine arabe achevé d’une balle dans la tête sur le trottoir l’avait mérité parce que c’était un traître, et songeant que dans d’autres classes sont rassemblés les futurs électeurs de la fille Le Pen, je me dis que coincés entre le fascisme de souche et le fascisme d’importation, on ne pourra bientôt plus respirer.
A la mi-journée, c’est l’information que les deux salopards responsables des assassinats de mercredi sont cernés dans une imprimerie et qu’un troisième, responsable de l’assassinat d’une policière jeudi vient de prendre en otage les clients juifs d’un supermarché casher. Le soir venu les trois salopards sont morts, le troisième ayant fait quatre victimes dans le magasin.
Pendant ce temps, la fille Le Pen pousse des cris au prétexte qu’elle serait interdite de manifestation, elle que Charlie Hebdo a représenté sous la forme d’un étron fumant sur fond de drapeau tricolore avec pour légende : « Le Pen, la candidate qui vous ressemble », elle qui a fait l’objet d’un numéro spécial, signé par plusieurs des dessinateurs morts ou blessés, intitulé Dégage Marine.
                                                              *
Jeannette Bougrab, femme de Droite, compagne de Charb, évoquée dans Le Point :
« Jeannette Bougrab pointe par ailleurs du doigt ceux qui ont accusé plusieurs fois Charlie Hebdo d'islamophobie. "Je pense qu'il y a une responsabilité." Elle évoque notamment "certains mouvements de gauche", "les indigènes de la République sont coupables". "Quand, sans arrêt, on vous dit : Vous stigmatisez l'islam... Mais, aujourd'hui, qui est mort ? Il n'y a pas d'imam qui est mort. Ce sont eux, des combattants pour la liberté." »
                                                             *
Alain Destexhe, Sénateur de Droite belge, dans Le Figaro, sous le titre « Nous sommes tous Charlie », vraiment ?
 « Ce n'est pas à «la liberté d'expression», que se sont attaqués les assassins mais à la liberté de blasphémer l'islam et de critiquer et caricaturer le prophète. »
 « Si «nous sommes Charlie», tous les journaux de France et d'Europe devraient s'empresser de reproduire les dessins qui ont condamné à mort les journalistes de Charlie Hebdo. Le feront-ils? Probablement pas. »
« Les ennuis de Charlie Hebdo avec les islamistes radicaux remontent à la reproduction dans l'hebdomadaire des caricatures du journal danois. A l'époque certains qui «sont Charlie» ont jugé cette attitude «provocante» et «inutile». »
Parfois, cela fait du bien de lire Le Figaro.
                                                            *
Et toujours des dessins gnan gnan cul cul montrant les caricaturistes assassinés dessinant des bites sur les nuages chez dieu ou des crayons détruisant des kalachnikovs. Ces morts étaient athées. Quant au rapport de force entre les armes et les dessins, on l’a vu mercredi midi.
 

9 janvier 2015


Sont donc morts assassinés au nom d’une religion dévoyée (disent beaucoup, pour ma part je me passe de l’adjectif) une femme et onze hommes. C’est pour elle et eux que sonne le glas de la Cathédrale de Rouen, ce jeudi à midi, tandis que tombe la pluie, et ça en aurait fait marrer plusieurs dont les deux que je connaissais le mieux, Wolinski et Cabu, ils dessinaient déjà quand j’étais à peine adolescent.
Le premier s’était un peu rangé au fil des ans, pour cause d’âge avançant peut-être et de recadrage féministe menant au correctement politique. Le second au contraire y allait toujours aussi fort, notamment contre la religion, contre toutes les religions, qui ne valent pas mieux l’une que l’autre. Je le lisais déjà dans Pilote au temps du Grand Duduche (et c’est peut-être de lui que je tiens mon goût inaltérable pour la fille du proviseur) avant de le côtoyer pendant une décennie dans Hara-Kiri Hebdo puis Charlie Hebdo où il m’emmenait en voyage dans ses reportages dessinés in situ. Je me souviens particulièrement de celui sur la secte du Mandarom à Castellane, un lieu approché plus tard à risques et périls avec mes deux amoureuses.
Voici donc Cabu (soixante-seize ans) et Wolinski (quatre-vingts ans), deux grands frères, des vieux, courageux, assassinés.
                                                              *
Il faudrait faire maintenant la distinction entre musulmans intégristes et musulmans présentables. J’ai du mal, sachant que dans l’islam présentable est contenue sa dérive intégriste, de même que dans le christianisme d’aujourd’hui, affaibli et domestiqué, se maintient celui qui a assassiné Giordano Bruno, Etienne Dolet, le chevalier de La Barre et bien d’autres.
                                                             *
 Je n’ai aucun respect pour les religions, je mets des minuscules à islam, christianisme, dieu et son prophète et je n’accepte pas les concepts foireux d’islamophobie ou de christianophobie.
                                                             *
Les hommes ne se séparent pas entre croyants et non croyants (comme le disent les bigots) mais entre crédules et non crédules.
Non crédule, je me gausse intérieurement quand je vois les crédules prier un dieu inexistant les genoux à terre ou le cul en l’air.
                                                             *
Depuis combien d’années n’ai-je pas vu quelqu’un(e) lire Charlie Hebdo dans le métro parisien ? Ce n’est pas seulement la diminution du nombre d’exemplaires vendus, c’est surtout la peur, insidieuse, même pas consciente, qui mène à l’autocensure et à la soumission.
 

1 ... « 183 184 185 186 187 188 189 » ... 201