Le Journal de Michel Perdrial

Le Journal de Michel Perdrial


Dernières notes


Loïc Boyer
Je suis l’auteur de textes courts qui furent publiés depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze dans des revues littéraires en France (Supérieur Inconnu, Supplément d’Ame, Nouvelle Donne, Le Bord de l’Eau, Pris de Peur, l’Art du Bref, Sol’Air, Gros Textes, Salmigondis, Verso, Décharge, Bulle, Filigranes, Diérèse, Martobre, Comme ça et Autrement, (Cahier d’) Ecritures, La Nef des Fous), en Belgique (Traversées, Ecrits Vains, L’Arbre à Plumes, Inédit Nouveau, Bleu d’Encre), au Canada (Les Saisons Littéraires) et en Italie (Les Cahiers du Ru).
Les courageuses Editions du Chardon ont publié en mil neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Erotica, un recueil de vingt-huit de ces textes, illustré par Isabelle Pio et Antoine Lopez et préfacé par Sarane Alexandrian, toujours disponible auprès de moi.
Je suis également l’auteur d’une pièce de théâtre et de plusieurs romans ou récits à ce jour inédits.
Depuis le onze novembre deux mille six, je publie mon Journal via Internet, un temps sous-titré Persiflages, moquages et autres énervages mâtinés de complimentages et de contentages. Sa première partie est lisible chez Eklablog, la deuxième ici.
Je vis au centre de Rouen dans un ancien monastère où autrefois les Sœurs de la Miséricorde se vouaient à l’éducation des jeunes filles.







Rss

20 décembre 2018


Moralisme rancœur envie jalousie convoitise amertume aigreur dépit, en cette fin d’année deux mille dix-huit le réseau social Effe Bé est plus que jamais le déversoir des petites rancunes personnelles. Jamais le trollage ne s’y est mieux porté. Les plus anodins articles de presse y ont droit. Ainsi celui du Monde sur la façon d’augmenter la portée de sa ouifi est illico commenté par l’une « Comme si la portée de la wifi faisait le bonheur… Le bonheur ne serait-il pas au contraire d'arrêter de nous seriner des inepties et de revenir à des choses plus essentielles ? » et par un autre « Ce sont des problèmes de riches qui habitent de grands logements avec 10 pièces, mais quand on habite un petit logement pas de problèmes la connexion passe partout ! »
Ces deux stupidités étant approuvées ou discutées, les voilà affichées d’office au titre de « commentaires les plus pertinents. », et moi ne pouvant faire autrement que les lire.
Si je ne trouve pas sur Effe Bé un moyen de masquer les commentaires d’articles de journaux, je vais supprimer la presse de mon fil d’actualité.
                                                         *
Ruffin l’Insoumis qui encense Etienne Chouard lui-même encenseur de Soral, un bel exemple du rapprochement rouge brun.
Royal la Socialiste qui propose d’être numéro deux sur la liste écolo pour les Européennes, un bel exemple d’écologie punitive.
                                                         *
Benoît Marin-Curtoud dans Paris Normandie : « Le 28 août 2016, il avait été surpris par sa femme et sa fille aînée en plein ébats avec une poule. Pour sa femme, le choc a été rude. La fille aînée a conservé son sang-froid. La benjamine de la famille avait déjà surpris son père le pantalon baissé, enfermé dans le garage avec une volaille, quelques jours plus tôt. »
 

18 décembre 2018


Connaissant Bernard Frank par les articles qu’il publiait dans Le Nouvel Observateur et que je lisais rarement jusqu’au bout, je n’aurais pas acheté Les Rues de ma vie, recueil de chroniques parues dans la revue Urbanismes et reprises en volume par Le Dilettante, si je ne l’avais trouvé à un euro chez Book-Off et si le sujet n’avait été Paris. La lecture du livre de Bernard Frank m’a occupé sans m’éblouir durant un aller retour Rouen Paris.
Ce satellite de Françoise Sagan (il a souvent habité chez elle et avait la même élocution) était un adepte de la longue phrase à la Proust. Certaines sont particulièrement bien construites. En revanche, il pèche parfois quand il en fait des courtes. Ainsi ces deux, polluées par des répétitions fâcheuses (c’est moi qui souligne, comme on dit) :
Je sais qu’après l’appartement de la rue Milton qu’ils trouvaient trop grand pour eux après que mon oncle eut pris sa retraite, ils habitèrent rue Sarrette dans le 14e.
Le square devait être celui de Denis qui devait avoir trois ou quatre ans.
                                                                  *
Dans Les Rues de ma vie de Bernard Frank, une longue digression sur ses chats. Un écrivain qui parle de ses chats (ou chiens ou chevaux ou autres), ça me soûle autant qu’un écrivain qui raconte ses rêves.
                                                                 *
C’est de lui que j’ai hérité mon goût de la bouffe. écrit Bernard Frank pour évoquer son goût de la bonne chère. Je trouve ça horripilant. A l’oral comme à l’écrit jamais je n’emploie le mot bouffe. De même, jamais je n’emploie le mot chiottes. Je me souviens de mon accablement en trouvant ce dernier dans un livre d’Annie Ernaux.
Aucun de ces deux mots ne sortaient de la bouche de mes parents et grands-parents.
                                                                *
Au moins aussi grave que la malbouffe, le mal parler.
 

17 décembre 2018


Que de pluie ce samedi en Normandie, pas moyen de mettre le pied dehors, ce qui n’a pas que des inconvénients, car Noël plus les Gilets Jaunes, ça fait beaucoup à supporter.
Ces derniers se sont bien fait saucer à Paris, déjà trempés avant d’avoir droit au canon à eau. Voir à la télé le porte-parole complotiste s’adresser, devant l’Opéra Garnier, à la masse jaune (drapeau tricolore, Marseillaise, « Macron démission ») pour lui vanter le Ric, m’a consterné.
A de nombreux ronds-points est distribué le même tract revendiquant ce Ric. Qui est à l’origine de l’opération ? Qui a rédigé le texte ? La mise en page révèle un travail de professionnel. Quand je cherche d’où vient l’idée de ce Référendum d’Initiative Citoyenne, je tombe sur une vidéo du douteux Etienne Chouard.
                                                              *
Une femme de rond-point se plaignant que Macron n’aie pas raqué pour elle : « J’suis maman et maman c’est le plus beau des métiers. »
                                                             *
Un commentaire d’homme de rond-point après la mort du terroriste de Strasbourg : « C un meurtre comme ça personnes sera la vérité de la manipulations diabolique ».
                                                             *
Référendum d’Initiative Citoyenne, quelque chose me dit que le premier concernerait l’immigration et j’en connais déjà le résultat.
 

14 décembre 2018


Un message de la Senecefe m’en avait informé ; ce mercredi le train pour Paris de sept heures vingt-huit partirait à sept heures vingt-trois, ceci afin d’arriver à la même heure à Paris. Comme je suis toujours en avance pour l’attendre, je n’ai pas à me presser pour être à temps à la gare de Rouen. Je me pèle sur le quai deux, ayant pour spectacle sur celui d’en face, un punk à crête à gilet jaune, celui-ci pendant à l’arrière de son pantalon.
Je retrouve la bétaillère, train habituel des navetteurs, et y dispose d’une place sans voisinage pour lire Les Rues de ma vie de Bernard Frank. A l’arrivée, j’ai tout mon temps pour rejoindre la Bastille aussi prends-je le bus Vingt, ce qui me permet de constater les dégâts. A une banque il y a file d’attente devant un distributeur de billets. Les deux autres sont cassés. Le délit est signé du graffiti « Lisez Lundi.am ». Plus loin, une boutique proclame « Nous sommes ouverts » sur l’un des panneaux de bois remplaçant ses vitrines. Peu avant République courent des Sapeurs-Pompiers de Paris (et une pompière). Le ciel est bleu au-dessus du Génie.
Chez Book-Off, je trouve quelques livres à un euro, puis chez Emmaüs rachète l’Anthologie de l’humour noir d’André Breton afin de la relire dans un prochain aller et retour puis je vais pédestrement jusqu'au Palais de Pékin. L’endroit est quasiment complet lorsque je le quitte après avoir payé douze euros pour le buffet à volonté et un quart de vin blanc.
Ayant remonté la rue du Chemin Vert, je suis peu de temps avant son ouverture devant le rideau métallique de la Petite Rockette. Aucun livre indispensable ne m’y attendait. Il en est de même plus tard au second Book-Off.
A la gare Saint-Lazare, les militaires de l’opération Sentinelle sont sur le pied de guerre. Des bagages ont été oubliés dans deux trains récemment arrivés, dont celui que je dois prendre pour rentrer.
Celui-ci arrive cependant à l’heure à Rouen où je découvre d’autres militaires arpentant la rue des Carmes. Depuis hier, le petit marché de Noël de Rouen bénéficie d’une surveillance rapprochée, la conséquence de l’attentat de Strasbourg.
                                                                       *
« Pas compris comment vous avez pu acheter le livre 1 euro alors qu'il venait de sortir », m’écrit un auteur dont j’ai trouvé l’ouvrage il y a quelques semaines chez Book-Off.
                                                                       *
J’ai voulu faire le malin l’autre semaine en me décrivant allant dans la ville à la mode péripatéticienne et me suis fais taper sur les doigts par un lecteur. Il ne suffisait pas de marcher pour aller ainsi, il aurait aussi fallu que je devise avec quelqu'un.
 

13 décembre 2018


Guère de réussite à Rouen pour le mardi noir promis au gouvernement par les lycéens en rupture de cours. Ceux venus de la rive gauche n’ont pas obtenu de renfort des lycées Jeanne d’Arc et Camille Saint-Saëns puis n’ont pas eu le courage de monter la côte qui mène au lycée Flaubert. Ils ont fini devant le Rectorat car la Police leur a envoyé du gaz quand ils ont voulu retourner au centre de la ville, fin de l’épisode.
La veille au soir Macron n’avait pas démissionné, regrettant vaguement ses propos insultants et faisant quelques oboles. L’une me concerne. Je devrais bénéficier de la suspension de la hausse de la Céhessegé et donc récupérer quarante euros chaque mois, mais ceux-ci seront vite avalés par l’inflation puisque les pensions de retraite n’y sont plus indexées.
Le véritable mardi noir a lieu le soir à proximité du marché de Noël de Strasbourg quand un islamiste tire sur les passants. Immédiatement, une bonne partie des Gilets Jaunes crie au complot. L’un de leurs porte-paroles, dont le nom ne mérite pas d’être retenu, écrit : « Dites-vous bien que le mec qui veut faire un attentat vraiment, il attend pas qu'il y ait 3 personnes dans la rue le soir à 20h00. »
Contrairement à d’autres, qui un jour voudront le faire oublier (mais Internet nous le rappellera), jamais je n’ai soutenu ces Gilets Jaunes.
                                                           *
S’il est une chose que je déteste faire dans mes écritures, c’est de commenter l’actualité, mais comme je subirai les conséquences politiques et économiques des errements actuels je ne peux m’en désintéresser, d’accord avec Tristan Bernard quand il écrivait Je n’ai jamais aimé apprendre l’histoire mais cet embêtement n’est rien auprès de l’obligation de la vivre.
                                                           *
Rouen, passage des Anciens-Moulins, à la peinture sur un mur :
« J’fume tranquillement ma beuh
En attendant la mort d’un bleu »
 

11 décembre 2018


Le Retour à Reims de Didier Eribon, que j’ai lu dans le train et dans l’édition de poche Champs Flammarion, m’a fort intéressé. Le sociologue y revient sur son passé et sur le lieu de celui-ci. J’ai souvent pu m’y reconnaître, ainsi dans ce paragraphe :
Combien de fois, au cours de ma vie ultérieure de personne « cultivée », ai-je constaté en visitant une exposition ou en assistant à un concert ou à une représentation à l’opéra à quel point les gens qui s’adonnent aux pratiques culturelles les plus « hautes » semblent tirer de ces activités une sorte de contentement de soi et un sentiment de supériorité se lisant dans le discret sourire dont ils ne se départent jamais, dans le maintien de leur corps, dans la manière de parler en connaisseurs, d’afficher leur aisance… tout cela exprimant la joie sociale de correspondre à ce qu’il convient d’être.
Si nous avons à peu près le même âge et si nous avons eu l’un comme l’autre une enfance pauvre (sur le plan matériel comme sur le plan intellectuel), celle-ci ne s’est pas déroulée dans le même milieu. Je fus fils d’un ouvrier agricole employé par son père, lesquels votaient gaulliste, lui fut fils d’un ouvrier de l’industrie et cela en fait un expert du glissement d’une bonne partie des électeurs du Parti Communiste vers le Front National :
Je n’ignore pas, cependant, que le discours et le succès du Front national furent, à bien des égards, favorisés et même appelés par les sentiments qui animaient les classes populaires dans les années 1960 et 1970. Si l’on avait voulu déduire un programme politique des propos qui se tenaient au jour le jour dans ma famille à cette époque, alors même que l’on votait à gauche, le résultat n’eût pas été très éloigné des futures plateformes électorales de ce parti d’extrême droite dans les années 1980 et 1990 : volonté d’expulser les immigrés et instauration de la « préférence nationale » dans l’emploi et les prestations sociales, durcissement répressif de la politique pénale, attachement au principe de la peine de mort et application très étendue de ce principe, possibilité de sortir du système scolaire à 14 ans, etc. La captation par l’extrême droite de l’ancien électorat communiste (ou d’électeurs plus jeunes qui votèrent d’emblée pour le Front national, puisqu’il semble que les enfants d’ouvriers aient alors voté pour l’extrême droite plus facilement et plus systématiquement que leurs ainés) fut rendue possible ou facilitée par le racisme profond qui constituait l’une des caractéristiques dominantes des milieux ouvriers et populaires blancs. (…) Quand il était question d’eux, on ne les appelait jamais autrement que les « bicots », les « ratons » ou autres termes analogues. (…) En fait, quand on votait à gauche, on votait d’une certaine manière contre ce type de pulsions immédiates et donc contre une partie de soi-même. Ces sentiments racistes étaient certes puissants et, d’ailleurs, le Parti communiste ne se priva pas de les flatter, de manière odieuse, en de nombreuses occasions. Mais ils ne se sédimentaient pas comme le foyer central de la préoccupation politique. (…) Il fallut du temps pour que les expressions quotidiennes du racisme ordinaire en viennent à s’agréger à des éléments plus directement idéologiques et à se transformer en mode hégémonique de perception du monde social, sous l’effet d’un discours organisé qui s’attachait à les encourager et à leur donner un sens sur la scène publique. (…)
Ma famille incarna un exemple modal de ce racisme ordinaire des milieux populaires dans les années 1960 et de ce raidissement raciste au cours des années 1970 et 1980. On y employait sans cesse (et ma mère continue d’employer) un vocabulaire péjoratif et insultant à l’égard des travailleurs arrivés seuls d’Afrique du Nord, puis de leurs familles venues les rejoindre ou formées  sur place, et de leurs enfants nés en France, et donc français, mais perçus comme étant eux aussi des « immigrés », ou en tout cas des « étrangers ». Ces mots d’injure pouvaient surgir à tout instant et ils étaient, en chacune de leurs occurrences, accentués de telle sorte que l’hostilité acrimonieuse qu’ils exprimaient en soit décuplée : les « crouillats », les crouilles », les bougnoules »… Comme j’étais très brun, quand j’étais adolescent, ma mère me disait régulièrement : « Tu ressembles à un crouille » ; ou bien : « En te voyant arriver de loin, je te prenais pour un bougnoule. »
Je n’entendais jamais de tels propos dans ma famille, on n’y était pas raciste mais il est vrai qu’on ne côtoyait pas non plus d‘étrangers venus d’Afrique du Nord. Cependant j’ai pu y déceler un zeste de xénophobie puisqu’on n'y appelait pas par leur patronyme des voisines venues d’ailleurs. Mon père et mon grand-père les désignaient par la Polonaise et l’Algérienne (celle-ci étant une rapatriée).
Fort de son expérience familiale, Didier Eribon, et je le rejoins, n’est guère favorable à la démocratie directe (celle que réclament certains Gilets Jaunes) :
Je n’aimerais pas que ma mère ou mes frères – qui n’en demandent d’ailleurs pas tant – soient « tirés au sort » pour gouverner la Cité au nom de leur « compétence » égale à celle de tous les autres : leurs choix n’y seraient pas différents de ceux qu’ils expriment quand ils votent, à ceci près qu’ils pourraient être majoritaires. Et tant pis si mes réticences doivent froisser les adeptes d’un retour aux sources athéniennes de la démocratie.
                                                               *
De Jean-Paul Sartre, dans Saint Genet, comédien et martyr, cette citation par Didier Eribon dans Retour à Reims :
L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu’on a fait de nous.
 

10 décembre 2018


« Je ne sais pas comment Macron va se sortir de cette histoire. » écrivais-je le dix-huit novembre, juste après le début de la révolte des Gilets Jaunes, à celle qui travaille à Paris.
« Je pense que Macron est fichu, il pourrait même être assassiné. » lui écrivais-je le quatre décembre après l’acte trois.
Son prestige à l’international est par terre, la poursuite de son programme totalement compromise et il ne pourra plus parcourir les provinces que séparé de la population.
Que va-t-il pouvoir proposer ce lundi soir ?
Je ne le vois pas se renier en annulant des décisions importantes pour ensuite terminer son quinquennat à faire le contraire de ce qu’il avait promis et toute mesure destinée à atténuer les conséquences de sa politique (et de celles de ses prédécesseurs) sera jugée insuffisante par les gestionnaires de ronds-points.
Pas sûr qu’aujourd’hui il fasse encore sienne la première phrase de son livre imprudemment titré Révolution Affronter la réalité du monde nous fera retrouver l’espérance.
Que ferais-je si j’étais à sa place ?
Mon allocution télévisée serait des plus courtes :
« Mes chers compatriotes, okay, je démissionne, démerdez-vous ! Vive la République ! Vive la France ! »
                                                                *
Images d’une scène de pillage à Paris ce samedi. Des jeunes gens de cité s’emploient à casser la vitrine d’une bijouterie.
-Eh la, cassez, y a une vraie Rolex, salive par avance l’un d’eux
La vitre cède. Ils entrent. Le bijoutier, caché à l’intérieur avec ses deux employés, les accueille par des tirs de flash ball.
-Eh, il a pas le droit de tirer, s’insurge le saliveur avant de fuir.
Il devait penser que piller un commerce était autorisé par la loi.
                                                                *
Je me demande où sont passés Alexandre Benalla et Vincent Crase. Eux qui ont justifié leurs actions passées par l’obligation pour tout citoyen de porter assistance à la Police, ils auraient à s’employer en cette fin d’année.
                                                                *
Le réseau social Effe Bé me suggère de rejoindre le groupe « François Ruffin Président en 2022 ! »
Ne parlons pas de malheur, la situation est déjà assez grave.
 

8 décembre 2018


Du côté de la place Saint-Marc, chez les commerçants en dur et chez ceux qui vendent sous la toile des marchés, comme dans la grande majorité de leurs clients, on espérait la victoire de la fille Le Pen aux dernières Présidentielles. Aujourd’hui, on est logiquement à fond pour les Gilets Jaunes, parce que contre les impôts, contre les taxes, contre les parlementaires, contre l’Europe, etc. Chacun y va de qu’il a vu sur Internet, des vidéos qui prouvent que, etc. « A la télé c’est mensonger, faut même pas les écouter. »
Aussi est-ce assez drôle, ce jeudi après-midi, dans le café où je fais l’intrus, d’entendre le patron baliser quand il apprend qu’une réunion de Gilets Jaunes doit se tenir sur la place à dix-huit heures.
Il n’est pas le seul. Le poissonnier d’à côté annonce que s’il le faut, il baissera son rideau. « Oui mais nous on n’a pas de rideau, que des vitres, et puis y a la terrasse ». « Remarque, je voulais la refaire, ce sera l’occasion », tente-t-il de plaisanter. Quand le téléphone sonne, c’est encore quelqu'un qui appelle pour prévenir de ce rassemblement. Un peu plus tard arrive un de ces Gilets Jaunes, sans son uniforme. Il rassure le petit commerce « C’est juste pour causer », puis se plaint des jeunes de Oissel qui viennent foutre le bordel la nuit au rond-point des Vaches.
En rentrant, je découvre la vidéo montrant une centaine de lycéens de Mantes-la-Jolie capturés par la Police et obligés de rester à genoux mains sur la tête. « Voilà une classe qui se tient sage », commente le Policier qui a filmé la scène. Chez les Policiers aussi une majorité est en avance d’une Présidente à cheveux jaunes.
Ce vendredi matin, quand je passe au marché, je constate que la terrasse n’a pas brûlé. Je ne m’attarde pas, on ne voit plus de livres achetables depuis un moment chez les brocanteurs. Ayant un courrier à poster, je passe devant le Palais de Justice. Son entrée est bloquée par des avocats en tenue, surveillés par la maréchaussée. L’un d’eux au mégaphone démonte la dernière réforme judiciaire. Au carrefour de la Poste, des Céhéresses nerveux bloquent la circulation. Les lycéens ne sont pas loin, qui manifestent depuis deux jours.
Mon courrier posté, je ressors dans une aigre atmosphère de gaz lacrymogène. Les forces de l’ordre s’emploient à repousser les manifestants hors de l’hypercentre, loin des banques et des commerces. Le gros de la troupe juvénile est à hauteur de l’Opéra. Deux camionnettes de la Police sont en retrait sur la voie des bus Teor.
Soudain, une cinquantaine d’autres lycéens arrivent par derrière et se mettent à courir en criant vers les deux véhicules. Ceux-ci démarrent illico et prennent la fuite par la rue Grand-Pont.
Tout cela est peu de chose au regard de ce qui menace Paris où certains commerçants n’ayant pas les moyens de la cacher derrière un mur de planches mettent des gilets jaunes dans leur vitrine espérant ainsi la sauver. Faire acte de soumission est dans la nature humaine, surtout quand il s’agit de sauver son porte-monnaie.
                                                           *
A la Poste, dialogue entre une vieille et la postière qui vient de lui montrer comment envoyer une lettre recommandée avec l’automate :
-Et puis qu’est-ce qui faut faire, si elle arrive pas.
-Je ne vois pas pourquoi elle n’arriverait pas.
-Faut tout prévoir maintenant, c’est malheureux.
                                                           *
Une lycéenne : « Oui mais ma mère, elle m’a dit qu’à Paris, ils mettaient le canon à eau parce que le gaz lacrymo, c’est mauvais pour la santé. »
 

1 2 3