Le Journal de Michel Perdrial

Le Journal de Michel Perdrial




Loïc Boyer
Je suis l’auteur de textes courts qui furent publiés depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze dans des revues littéraires en France (Supérieur Inconnu, Supplément d’Ame, Nouvelle Donne, Le Bord de l’Eau, Pris de Peur, l’Art du Bref, Sol’Air, Gros Textes, Salmigondis, Verso, Décharge, Bulle, Filigranes, Diérèse, Martobre, Comme ça et Autrement, (Cahier d’) Ecritures, La Nef des Fous), en Belgique (Traversées, Ecrits Vains, L’Arbre à Plumes, Inédit Nouveau, Bleu d’Encre), au Canada (Les Saisons Littéraires) et en Italie (Les Cahiers du Ru).
Les courageuses Editions du Chardon ont publié en mil neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Erotica, un recueil de vingt-huit de ces textes, illustré par Isabelle Pio et Antoine Lopez et préfacé par Sarane Alexandrian, toujours disponible auprès de moi.
Je suis également l’auteur d’une pièce de théâtre et de plusieurs romans ou récits à ce jour inédits.
Depuis le onze novembre deux mille six, je publie mon Journal via Internet, un temps sous-titré Persiflages, moquages et autres énervages mâtinés de complimentages et de contentages. Sa première partie est lisible chez Eklablog, la deuxième ici.
Je vis au centre de Rouen dans un ancien monastère où autrefois les Sœurs de la Miséricorde se vouaient à l’éducation des jeunes filles.







Rss

15 novembre 2014


Nouvel appel à manifester à la même heure au même endroit ce vendredi matin, une information pas très bien diffusée mais les Forces de l’Ordre ne l’ont pas manquée. A neuf heures, Rouen semble en état de siège, avec la présence cette fois, outre les Policiers, de très nombreux Militaires. Les camions bleus de ces Gendarmes Mobiles, garés au long du Palais de Justice, n’ont pas l’air d’avoir été changés depuis les années soixante-dix. La station de métro est une nouvelle fois fermée, les lignes de bus déviées.
Il pleut à dix heures moins dix quand je retrouve mon abribus. Un manifestant d’hier m’y rejoint. Il est l’un des rares à s’être fait embarquer (« On va te faire regretter d’être d’extrême gauche » lui a-t-on dit dans la voiture) et a passé sept heures en garde à vue avant d’être relâché sans suite, la Police n’ayant pu prouver ce qu’elle lui reprochait.
Il ne se passe rien à l’heure dite, hormis des mouvements de véhicules à gyrophare. Certains ne se garent sur le parvis du Palais de Justice que pour en repartir aussitôt. Au bout d’un quart d’heure, des slogans lointains se font entendre. Un groupe de lycéen(ne)s d’où dépasse un drapeau noir est bloqué devant la Fnaque. Impossible de les rejoindre par le chemin le plus court. Plus personne quand je m’y pointe.
Je les retrouve plus tard, bloqué(e)s au carrefour des rues de la Jeanne et de la rue du Guillaume. Je discute là successivement avec deux de mes connaissances, qui comme moi, observent la situation de l’extérieur. Ils ne s’attardent pas. Quatre lycéennes à ma droite grimpent soudain sur l’un de ces pots géants où poussent des arbres de ville. Elles se mettent à crier en direction du cordon de Police : « Allez, laissez-les passer !»
Les quatre Militaires à ma gauche viennent leur dire de se taire et de descendre. Le cortège bloqué fait demi-tour. Je retrouve cette centaine de lycéen(ne)s un peu plus tard devant le Musée des Beaux-Arts. L’un parle avec un mégaphone mais je suis trop loin pour entendre. Quelques Gendarmes surveillent ça au coin du jardin.
Les lycéen(e)s, parmi lesquel(le)s sont quelques adultes, repartent vers l’Hôtel de Ville. Je juge que j’ai les pieds assez trempés et abandonne cette manif qui ne sait pas quoi faire d’elle-même.
                                                                *
Bloquer toute une ville avec des gros méchants habillés en bleu pour faire face au défilé d’une centaine de lycéen(ne)s pacifiques témoigne de la paranoïa du pouvoir socialiste et/ou de son désir de créer un climat de peur dissuadant qui que soit d’autre de manifester.
                                                                *
Ce Gendarme qui voyant tomber Rémi Fraisse a déclaré : « C'est bon, il va se relever ! Il va se relever, c'est bon ! » doit confondre la vraie vie avec celle d’un jeu vidéo.
                                                               *
Et ce Céhéresse, filmé par l’un des occupants de la Ferme des Bouillons, qui pendant l’attaque contre les manifestant(e)s pacifiques dont j’étais, jeudi dernier sur l’esplanade Marcel Duchamp, déclarant à propos de la mort de Rémi Fraisse qu’« il l’avait bien mérité ».
                                                               *
« En effet, tous les bureaux abritant une caserne de la gendarmerie mobile affichent un vote pour Marine Le Pen à la présidentielle très nettement supérieur à la moyenne de leur ville (ou arrondissement pour Paris et Lyon). »
« Cette très forte prime accordée à  Marine Le Pen lors de la dernière élection présidentielle est d’autant plus spectaculaire qu’elle ne s’accompagne pas d’une minoration du vote en faveur de Nicolas Sarkozy. » Atlantico, le quatorze juillet deux mille quatorze.
 

14 novembre 2014


« Ils sont l’ordre mort. Nous sommes le désordre vivant. » Le rendez-vous pour une nouvelle manifestation en mémoire de Rémi Fraisse, ainsi qu’une surprise party, est fixé à dix heures du matin, ce jeudi, à l’endroit où était la Zone A Défendre urbaine de Rouen détruite par les Céhéresses à la demande de Robert, Maire, Socialiste. Cependant, comme je le constate en allant à La Poste, ça va être difficile. Les mêmes Forces de l’Ordre y sont à nouveau, occupant tout l’espace.
Des renforts sont dans toutes les rues avoisinantes. Des voitures de la Police Nationale sillonnent la ville. La station de métro Palais de Justice est fermée, gardée par des employés de la Técéhaherre parmi lesquels un voisin.
A dix heures moins le quart, je suis de retour par un chemin détourné et attends la suite sous l’abribus. Un Policier, descendu de voiture, prend en photo un graffiti sur la Caisse d’Epargne puis sort son mètre pliant pour le mesurer, hauteur et largeur. Quelques connaissances me rejoignent et nous papotons. D’autres petits groupes sont bloqués par les Céhéresses. Des isolés arrivent à s’infiltrer. Tout à coup, cinq de ces Céhéresses traversent la rue de la Jeanne et viennent droit sur nous : contrôle d’identité. Certains doivent sortir leurs papiers, d’autres ouvrir leurs sacs, l’un se fait palper. À moi, il n’est demandé que ce que j’ai sous ma veste :
-Une écharpe, réponds-je en l’ouvrant.
Il faut dire qu’entre-temps ces costauds ont trouvé de quoi leur plaire dans le sac de celle qui est avec nous : un masque et une perruque. Ils l’emmènent avec eux. Nous la voyons de loin fumer assise par terre en attendant qu’arrive une femme policière pour la fouiller. Je suppose qu’elle va se faire embarquer mais ne sais pas ce qu’il en est car nous est donnée l’information que c’est ailleurs que ça se passe. Nous rejoignons un groupe composé de quelques dizaines de lycéen(ne)s et de plus âgé(e)s et tentons une descente de la rue de la Jeanne. Les Céhéresses font alors cordon et stoïquement entendent qu’ils sont des assassins. Le face-à-face dure un moment et se termine par un demi-tour de la manifestation.
Bientôt, nous sommes sur l’esplanade Marcel Duchamp, devant le Musée des Beaux-Arts. C’est là qu’est la surprise, l’édification d’une nouvelle Zone A Défendre à vocation culturelle. Des palettes apparaissent, des bâches et des matelas, la télé et la presse écrite aussi. Il faut un certain temps avant que les Céhéresses se pointent. Ils ne sont pas contents.
Les premières parois des cabanes sont en train d’être dressées quand le mur bleu s’avance en tapant sur ses boucliers. L’un de ces braves, porteur d’une écharpe tricolore, sort du lot et énonce l’obligation de se disperser. Les lycéen(ne)s, et quelques autres, bras-dessus bras-dessous, font vaillamment face en qualifiant l’adversaire de noms d’oiseaux que je ne répèterai pas. Ils se font charger. Les coups de matraques tombent. Certains des agressé(e)s doivent reculer, poursuivis par les assaillants qui au passage détruisent le peu qui avait été construit. D’autres, dont moi-même, se retrouvent derrière les Forces de l’Ordre.
-Encerclons la Police, crie quelqu’un.
Las, des renforts arrivent. La première moitié des manifestant(e)s est repoussée hors de l’esplanade et tenue en respect, Une rangée de ces Céhéresses fait alors demi-tour et entreprend de nous faire reculer. Je me refugie en haut de l’escalier du Musée, espérant passer à travers les mailles, mais un de ces grands casqués me prend par le bras et me dit :
-Vous aussi, Monsieur.
Que ce Policier est donc poli.
Nous nous retrouvons rue du Canuet et, après un moment d’hésitation et de face-à-face, le gros de la manifestation se dirige vers l’Hôtel de Ville devant lequel est installé un vrai faux bidonville à l’initiative d’associations caritatives, Secours Catholique, Unicef et compagnie, cela avec le soutien de Robert, Maire, Socialiste. Les responsables d’icelles se portent au-devant des manifestant(e)s. Je vois bien qu’ils n’ont pas envie de partager leur bidonville. Quelques Policiers en voiture et d’autres en civil surveillent ça de loin ou de près.
Le cortège reprend alors son errance et comme il descend la rue de la Rép, je l’abandonne au carrefour avec la rue Saint-Romain, au plus près de chez moi.
 

13 novembre 2014


Ce mercredi, alors qu’il fait encore nuit, les deux Témoins de Jéhovah en faction devant la gare de Rouen affichent « Le Diable existe-t-il ? ». Je me retiens d’aller leur dire « Bien sûr, comme Dieu ».
Je réussis à m’asseoir dans le train de sept heures vingt-quatre pour Paris, lequel n’a qu’un niveau, ce qui oblige certains à passer une heure dix debout avant leur journée de travail. A l’arrivée, le métro Douze me conduit avenue de Sèvres où j’ai un livre vendu à déposer au Balto. J’y prends un café au comptoir. On y déconseille l’achat de Lui, ce n’est plus comme il y a quarante ans, les femmes sont habillées, mieux vaut encore Entrevue.
Par la rue du Four, je rejoins le Quartier Latin. Contrairement à son habitude, le gérant de Boulinier est de bonne humeur, Il me salue avec le sourire, ne regardant pas avec mépris mon achat de trois livres à vingt centimes. Serait-ce parce qu’à côté de moi deux jeunes femmes ont devant elles trois piles de Pléiade qu’elles lui vendent ou achètent ?
Chez Gibert Joseph les livres de trottoir relèvent d’une nouvelle politique commerciale. Ceux à un et deux euros sont désormais mélangés à d’autres plus chers de quoi me décourager de fouiller et me mettre de mauvaise humeur.
Je grimpe dans le bus Quatre-Vingt-Six qui m’emmène à Ledru-Rollin. Chez Book-Off on joue avec mes nerfs en diffusant Marcel et son Orchestre. Cette daube me fait presque regretter la pop love musique de la radio Chérie que je subis chez Détéherre le lundi. J’y trouve quelques livres puis sous un beau soleil fais le tour du marché d’Aligre où les brocanteurs et bouquinistes se plaignent des vols.
Après un déjeuner au Rallye, le Péhemmu chinois, d’un habituel confit de canard, je rejoins le quartier de l’Opéra. Buvant un café à La Clé des Champs, je bénéfice de la conversation des habitués dont un photographe : « Tu sais qu’il n’y a rien de plus difficile que photographier une fille nue, une salope en train de sucer. Ils ont essayé de me former au porno mais j’y suis jamais arrivé. »
Je fais le tour du deuxième BooK-Off et passe la fin d’après-midi Chez Léon comme souvent. Là aussi se trouvent des habitués, plus sympathiques, un peu sur le bord de la norme, que la patronne sait bien gérer. L’un d’eux : « Je ne vous dois rien, à part le respect ? »
Pendant le retour, je lis Regarde les lumières mon amour d’Annie Ernaux, livre rédigé (je ne dis pas écrit) à la demande du professeur Rosanvallon, ayant trouvé place assise dans le train de dix-huit heures trente (non direct). Le précédent (direct) a été supprimé pour cause d’avarie matérielle. Certain(e)s, après la journée de travail, regagnent leur domicile debout. De l’autre côté de la porte en verre, notre Députée, ancienne Ministre, Socialiste, est également assise, voyageant en première et gratuitement.
                                                           *
Devant Le Café du Faubourg, une fille qui distribue des flayeures : « Pédalez dans l’eau d’une cabine privée ».
                                                           *
Book Off était ouvert le Onze Novembre. S’en souvenir pour l’an prochain afin de fuir Rouen, lugubre ce jour-là. Cette ville de province où devant le Monument aux Morts un Préfet décore un chien sauveteur et où un site d’information, 76actu, titre Marcel Duchamp, artiste de Rouen, exposé au Centre Pompidou, à Paris.
Imagine-t-on à Neuilly où l’artiste passa ses dernières années un Marcel Duchamp, artiste de Neuilly, exposé au Centre Pompidou, à Paris.
 

11 novembre 2014


Dix ans que ça dure, dix ans que l’on dénonce la chasse à l’enfant, celle-ci menée avec une ardeur particulière depuis deux mille sept par les sinistres successifs, Hortefeux, Besson, Guéant, Valls, Cazeneuve, dix ans que des enseignant(e)s en activité ou à la retraite (dont je suis) aident les enfants venu(e)s de l’étranger et leurs parents à rester en France.
Ce samedi, à quinze heures, un rassemblement a lieu pour l’occasion place des Floralies et du Socrate, où nous sommes peut-être cent cinquante ou deux cents en comptant les enfants. Il y a des ballons que l’on gonfle, des gâteaux que l’on mangera, une sono qui fonctionne prêtée par la Haie Fessue (le plus gros syndicat enseignant), des prises de parole (comme on dit) de membres du Réseau, de comités de soutien locaux, de Droit Au Logement (à propos du récent démantèlement violent d’un campement de Roms au Havre), de Médecins du Monde (à propos du test osseux imposé aux mineur(e)s arrivé(e)s en France sans leurs familles, que l’intervenante qualifie de pratique nazie) et d’une lycéenne de première qui remercie pour ce qu’on a fait autrefois pour elle et sa famille. Il y a aussi des tentatives, heureusement ratées, de clamer des slogans et d’interpréter en chœur une chansonnette édifiante sous la conduite d’une maîtresse de chant sans diplôme.
Je discute avec certain(e)s, dont quelques-un(e)s du Réseau pas vu(e)s depuis longtemps et un autre n’en étant pas qui passait là par hasard à qui j’explique où était L’Armitière lorsque c’était une librairie fréquentable.
Tous ensemble, les enfants lâchent les ballons qui prennent la direction de la Préfecture.
Je crains que dans dix ans il faille se rassembler à nouveau, pourtant comme l’a dit le premier intervenant : « Le Réseau Education Sans Frontières aspire à devenir inutile. »
                                                                      *
Ce onze novembre deux mille quatorze marque le huitième anniversaire de ce Journal. Je suis toujours hors du bois.
 

10 novembre 2014


C’est France Culture qui me l’apprend aux infos de six heures trente ce vendredi : « A Rouen, la Zad installée devant le Palais de Justice par des écologistes et des anarchistes suite à la mort de Rémi Fraisse a été évacuée cette nuit par les forces de police.»
L’attaque du campement par une meute de Céhéresses en tenue de RoboCop a eu lieu à quatre heures. Les occupant(e)s présent(e)s n’ont opposé aucune résistance ce qui leur a permis de gazer certains et d’en frapper une au visage en toute tranquillité. France Trois Haute-Normandie, la voix de la Préfecture, appelle cela une « évacuation dans le calme ».
A dix heures, allant à La Poste, je constate que les rues avoisinantes sont encore barrées par les RoboCop. Je me glisse entre ces inquiétants personnages. Plus rien sur le parvis du Palais de Justice, les poubelles de Robert, Maire, Socialiste, l’homme qui a fait appel à la Police, ont déjà tout emporté à la décharge, tout ce qui avait été mis en place en quelques jours et nuits, les cabanes, la cantine, le salon de discussion, les tentes de campigne, la bibliothèque, la friperie, les toilettes sèches, tout a été saccagé et jeté. Des employés municipaux s’emploient à effacer les dernières inscriptions politiques sans y réussir tout à fait. Une femme sortie du métro crie dans son téléphone.
-Oui, y a plein de Céhéresses partout, c’est parce qu’y en a qu’ont tout pété dans les magasins, déclare cette ramollie du cerveau.
Sorti de La Poste, je passe au Rêve de l’Escalier où une discussion orageuse m’oppose au bouquiniste qui trouve que ce n’était pas le bon endroit pour faire ça. « Et il y a eu une décision de justice », justifie un autre de ma connaissance présent dans la librairie. Je rappelle à ce proche d’Yvon Robert qu’elle a été demandée par ce Socialiste, Maire.
Les Forces de l’Ordre Socialiste occupent toujours les rues quand je repasse devant le Palais de Justice bien qu’il n’y ait plus besoin d’eux. Le message délivré par leur présence menaçante est clair : « Vous avez vu ce qui se passe quand on commence à réfléchir. Ne pensez pas. Bientôt sur cette même place, Robert, Maire, Socialiste, vous offrira un morceau du Marché de Noël, une occupation de l’espace public faite pour vous. »
                                                                  *
Un seul occupant a été embarqué par la Police : celui grimpé dans un arbre. Qui est allé le chercher là-haut ? Les Pompiers. Ils font donc partie des Forces de l’Ordre.
                                                                  *
France Trois Haute Normandie s’est entêtée pendant ces quelques jours à parler d’une action des écologistes. S’il y avait une composante écologiste dans ce mouvement, il était tout autre chose. D’ailleurs, les quelques écolos officiels venus le visiter montrent par leurs gazouillis qu’ils n’y ont rien compris :
« Pascal Canfin s'informe sur les revendications des jeunes de la ZAD de Rouen » (légende d’une photo de Claude Taleb, allié des Socialistes au Conseil Régional).
« J’ai pris mes 42 ans sur la Zad de Rouen hier, cela m’a rappelé ce que j’étais à 20 ans ! Je n’ai rencontré aucun terroriste, pas de casseurs. » (Stéphane Martot, allié des Socialistes à l’Agglo de Rouen).
                                                                  *
Communiqué du F Haine local le jeudi six novembre deux mille quatorze : « Les pseudo écologistes organisent un bidonville au cœur de la ville de Rouen. Le Front National demande leur expulsion immédiate ».
Robert, Maire, Socialiste, ayant le même point de vue et le même désir, était déjà en train de tirer la sonnette du Juge, lui qui auparavant s’est aplati devant l’occupation de la « Prairie Saint-Sever » par les forains de la Saint-Romain.
                                                                 *
« Bienvenue au Palais de la Justesse » « Nous ne revendiquons rien »
 

8 novembre 2014


Ce jeudi six novembre, Leo Hussain, nouveau chef de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen fait sa rentrée. Avant d’aller ouïr ça, je repasse une fois encore par la Zone A Défendre du Palais de Justice où je suis déjà venu deux ou trois fois en toute discrétion dans la journée, y rencontrant telle ou telle connaissance. Elle continue à s’étendre (on en est à construire dans les arbres) et reçoit de plus en plus de soutien, notamment de lycéen(ne)s de Jeanne-d’Arc, mais elle mérite désormais bien son nom car la plainte de Robert, Maire, Socialiste, a été reçue comme il convient par le Tribunal d’Instance. La menace d’évacuation se précise. Courageusement, les Céhéresses ont prévu d’attaquer de nuit.
A l’Opéra, j’ai une place en corbeille bien décentrée. J’y vois un tiers des musicien(ne)s de trois quarts mais les entends en entier. Côté hommes, c’est ce soir un concert en cravate rouge. Celles-ci ont sans doute été fournies par la maison. Certains portent cette couleur mieux que d’autres. Côté femmes, la liberté d’habillement court toujours (en pantalon ou en robe longue de préférence). Le programme établi par le nouveau Maestro est cohérent et de qualité.
Après How slow the wind de Toru Takemitsu, inspirée par un poème d’Emily Dickinson, sont donnés les Sept Lieder de jeunesse d’Alban Berg chantés par la soprano Laura Nicorescu qui est bien applaudie à l’issue, puis après l’entracte, c’est la Symphonie numéro six dite Pastorale de Ludwig van Beethoven, dirigée d’une main sans baguette par un Leo Hussain que l’on suit avec plaisir dans une nature idyllique. Cette prestation lui vaut bien des rappels.
Il est vingt-deux heures, je fais le détour du Palais de Justice. Les occupants sont toujours là et nombreux.
 

7 novembre 2014


Eh bien, malgré de solides draches nocturnes, ce mercredi aux aurores les jeunes gens d’Occupy Justice sont toujours là, se réchauffant autour d’un brasero. Au-dessus de leur tête une banderole « Parlons-en ». Je m’en abstiens et rejoins la gare. Le train de sept heures vingt-quatre m’emmène à la capitale.
Ma première journée parisienne d’après vacances bretonnes va de Book-Off Bastille (où l’on écoute Abba) à Book-Off Opéra (où l’on écoute Les Suprêmes) en passant par Gibert Joseph et Le Gai Rossignol, nouvelle raison sociale de l’ancienne Mona Lisait de la rue Saint-Martin, façade refaite, livres identiques.
A midi, je déjeune de mon habituel menu à l’Hostellerie de l’Oie qui Fume, rue de la Harpe, mais pas à ma place habituelle, isolée, aujourd’hui réservée à un couple. Assis à l’une des tables côte à côte, j’ai bientôt pour voisin une sorte de Popeye au caractère résolument sociable dont je calme l’ardeur après son trop cordial « Bonjour, bon appétit » d’un « Bon, ça va, on n’est pas à la cantine ici. »
Vers quinze heures trente, je bois un café au comptoir du Gaillon, le Péhemmu chinois de la place du même nom, alors que par le plus grand des hasards (comme on dit) est décerné en face, chez Drouant, le prix Goncourt. Une foule de journalistes fait grumeau devant la porte du restaurant, d’où dépassent des micros hauts perchés. Des caméras se font lourdes sur certaines épaules.
Tout à coup, cet essaim est pris d’une fièvre intense et se précipite sur une femme à cheveux roux qui tente de lui échapper. Cette masse grouillante, de laquelle dépasse la tête du bègue B. D., suit un chemin erratique et s’immobilise en plein carrefour au moment où arrive un taxi qui a peu à faire d’un tel évènement littéraire. Il claque-sonne furieusement. L’abeille et son essaim refluent jusqu’au trottoir. Pendant cette agitation, le chasseur de la maison Drouant, beau comme un Préfet de province dans sa tenue d’apparat, conserve la dignité de sa fonction.
Ce n’est pas le cas du patron chinois du Péhemmu qui s’écrie : « C’est elle, la femme du prix Goncourt ! » Il quitte sa caisse, met son téléphone en position photo et fonce dans la mêlée d’où il ressort indemne et un peu décoiffé.
De retour derrière le comptoir il montre sa photo à son employé chinois : « T’as vu, c’est elle qui a le prix Goncourt ! ».
Inutile de connaître le nom de cette lauréate. Dans un an, son roman sera en vente à côté, chez Book-Off, au prix d’un euro.
                                                             *
Dans le train du retour, je relis certaines des Motel Chronicles de Sam Shepard dont, coïncidence, c’est aujourd’hui l’anniversaire.
                                                             *
Une belle prise chez Gibert Joseph, le Boby Lapointe des Editions Du May, une biographie richement illustrée, acheté trois euros.
                                                             *
Près du Palais de Justice de Paris, un homme debout porteur d’une pancarte qu’il montre à la foule indifférente : « Je suis un ancien chauffeur de François Hollande, je subis pressions, menaces, intimidations ».
 

6 novembre 2014


Ce mardi soir à dix-huit heures, organisée par le Collectif de Défense des Libertés Fondamentales, a lieu une nouvelle manifestation rouennaise pour Rémi Fraisse tué par un gendarme à Sivens. Je me pointe à l’heure dite place de l’Hôtel de Ville, trouvant là plusieurs centaines de personnes, les membres des habituels syndicats, associations et partis d’extrême gauche, avec drapeaux (Parti de Gauche, Hennepéha) ou plus discrets (Hello, Ecolos) et d’autres manifestant(e)s heureusement libres de ce genre d’attache. Certain(e)s portent des bougies. D’autres distribuent un tract anonyme : « Lorsqu’ils tuent l’un d’entre nous, ils nous disent que notre vie n’a aucune valeur. Prouvons leur que prendre une de nos vies leur coûtera très cher. »
La Cégété a mis à disposition sa vieille camionnette bleue et une sono défaillante avec laquelle s’exprime Yvon Miossec du Collectif de Défense des Libertés Fondamentales. Il lit le témoignage de l’amie de Rémi Fraisse qu’a publié le site Reporterre puis demande une minute de silence. Une nouvelle prise de parole plus politique aura lieu à l’arrivée, pas loin, devant le Palais de Justice, indique-t-il avant de demander de surveiller la queue de la manif. De loin, un quidam crie « Vive le Front National ».
Nous partons par la rue du Canuet. Ceux qui détiennent la sono imposent leurs slogans usés qu’ils ont vaguement adaptés à la circonstance. Ils ne sont repris que par les membres de leur tribu. La manifestation est calme jusqu’au bout de la queue mais à l’arrivée, elle se scinde en deux. Des jeunes gens apparaissent, porteurs de palettes avec lesquelles ils construisent un abri sur le parvis près de la sortie du métro, tandis qu’une fille évoque avec une sono qui porte peu la mort d’un autre jeune dans un commissariat le premier janvier deux mille douze à Clermont-Ferrand. Les membres et sympathisants de l’extrême gauche officielle se rassemblent autour du camion bleu. Je me mets en retrait, n’ayant aucune affinité avec les seconds, en ayant avec les premiers mais n’ayant pas foi dans l’avènement d’un monde meilleur après l’insurrection. Yvon Miossec fait son discours politique sur fond du bruit des marteaux des bâtisseurs d’à côté, puis il demande que chacun rentre chez soi. Il n’est bien sûr entendu que par les seconds, représentant le monde d’hier. Pour ma part, je dois partir car j’ai spectacle à l’Opéra. Je passe devant une poignée de Céhéresses embusqués au coin du Palais, boucliers posés sur le macadam, me demandant comment cela va tourner.
Après Les Noces d’Igor Stravinsky dansées par la Compagnie étantdonné, une chorégraphie à l’érotisme retenu, je repasse par le Palais de Justice, étonné de trouver le campement toujours debout, s’étant même étendu à l’aide de bâches et de tentes. Sous l’étendard Occupy Justice, on y discute d’un avenir incertain.

1 ... « 304 305 306 307 308 309 310 » ... 315