Le Journal de Michel Perdrial

Le Journal de Michel Perdrial




Loïc Boyer
Je suis l’auteur de textes courts qui furent publiés depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze dans des revues littéraires en France (Supérieur Inconnu, Supplément d’Ame, Nouvelle Donne, Le Bord de l’Eau, Pris de Peur, l’Art du Bref, Sol’Air, Gros Textes, Salmigondis, Verso, Décharge, Bulle, Filigranes, Diérèse, Martobre, Comme ça et Autrement, (Cahier d’) Ecritures, La Nef des Fous), en Belgique (Traversées, Ecrits Vains, L’Arbre à Plumes, Inédit Nouveau, Bleu d’Encre), au Canada (Les Saisons Littéraires) et en Italie (Les Cahiers du Ru).
Les courageuses Editions du Chardon ont publié en mil neuf cent quatre-vingt-dix-neuf Erotica, un recueil de vingt-huit de ces textes, illustré par Isabelle Pio et Antoine Lopez et préfacé par Sarane Alexandrian, toujours disponible auprès de moi.
Je suis également l’auteur d’une pièce de théâtre et de plusieurs romans ou récits à ce jour inédits.
Depuis le onze novembre deux mille six, je publie mon Journal via Internet, un temps sous-titré Persiflages, moquages et autres énervages mâtinés de complimentages et de contentages. Sa première partie est lisible chez Eklablog, la deuxième ici.
Je vis au centre de Rouen dans un ancien monastère où autrefois les Sœurs de la Miséricorde se vouaient à l’éducation des jeunes filles.







Rss

26 octobre 2015


Deux messes pour le prix d’une ce vendredi soir à l’Opéra de Rouen où j’ai place sur une chaise de premier rang face à un plateau que se partagent les musicien(ne)s de l’Orchestre et Our Lady’s Choral Society, chorale d’une centaine d’amateurs d’âge divers (dont deux tiers de femmes) venue de Dublin fêter son soixante-dixième anniversaire en Seine-Maritime car c’est à Eu que repose leur saint patron, nous apprend Frédéric Roels, Directeur.
Certain(e)s de ces choristes sont très âgé(e)s. L’un, marchant avec une canne, doit rester assis. Le Chef est également dublinois et s’appelle Proinnsias O'Duinn, âgé lui aussi, queue de pie, nœud papillon blanc sur chemise blanche, tout comme sont vêtus les solistes Carlos Natale (ténor) et Ian Caddy (basse) dont les regards se perdent au loin quand ils ne chantent pas la Messa di Gloria de Giacomo Puccini, laquelle fut écrite à dix-neuf ans pour un examen.
Plus qu’une messe, c’est du Puccini (comme disent certains). De même qu’après l’entracte, la Messe en ut mineur de Wolfgang Amadeus, mieux qu’une messe (inachevée, promise à Dieu pour le remercier de la guérison de Constance) c’est du Mozart (comme disent les mêmes).
Marie-Bénédicte Souquet (soprano) et Elodie Kimmel (mezzo-soprano) ont rejoint les deux solistes hommes. Leurs yeux vont et viennent entre la partition et un point rapproché dans la salle (surtout ne pas croiser le regard d’un spectateur). J’essaie d’imaginer ce qui se passe dans la tête de la plus jeune, l’inquiétude de savoir que c’est bientôt à soi. Quand elle se lève, elle n’est plus la même, transfigurée par le chant. Ce n’est pas un miracle.
                                                      *
Jamais pu dire ou écrire : j’écoute du Puccini. Cela me fait penser à j’achète du rôti de bœuf.
-J’en voudrais six cent grammes
-Un peu plus, je vous le laisse ?
-Oui, ça ira.
-Et avec ceci ?
-Mettez-moi du Mozart, trois tranches, bien épaisses.
                                                      *
Ce samedi matin, comme c’est désormais obligatoire, un Gendarme Mobile et trois Militaires protégent la Synagogue. Un quidam tirant un gros sac à roulettes s’adresse à eux:
-Excusez-moi, est-ce que je peux vous prendre en photo ? C’est pour montrer à des amis à l’étranger comment c’est Rouen et la France en ce moment.
Ils l’envoient bouler.
                                                      *
Grâce à sa transformation en impasse par des travaux à son extrémité, côté rue Saint-Nicolas, presque deux semaines sans troupeaux de touristes à guide brailleur dans ma ruelle. C’est hélas terminé.
 

24 octobre 2015


Après avoir récolté quelques livres dans le Book-Off désert de l’Opéra, je l’attends près de chez elle, ce mercredi à midi, dans le dix-huitième, devant Le Bon Coin.
A la voir marcher au loin, pas besoin qu’elle m’explique qu’elle est décalquée par le surmenage et le décalage horaire entre Tokyo et Paris. Nous entrons et après qu’elle m’a offert une bouteille de saké et une boîte de mochis au thé vert, nous choisissons la formule plat dessert. Le premier est bon mais guère cuisiné (boudin noir de la Corrèze pour elle, rôti de porc pour moi). Le second est délicieux (une grosse part de tarte aux fruits rouges). Tout ceci est accompagné d’un pichet de bordeaux et du brouhaha des conversations. Je l’écoute me parler de la vie japonaise à Tokyo et de celle du quartier coréen de la ville, moins ordonnée et donc plus à son goût, puis je lui raconte les péripéties de la Saint Romain rouennaise, désormais annulée, et ce qui est arrivé à cette infortunée Géorgienne de Caen.
Elle m’invite à prendre un second café chez elle face à la dent creuse dans laquelle les travaux ont réellement commencé, puis, alors que malgré le bruit elle va se reposer un peu, je reprends mon chemin. Il me mène boulevard Beaumarchais où je livre un livre que m’a acheté une habitante du numéro quatre-vingt-treize. De là, je rejoins pédestrement l’autre Book-Off où l’on peine à passer dans les allées emplies par les vacanciers de la Toussaint. J’y récolte quelques autres ouvrages tandis que Michel Polnareff chante Love me, please love me.
                                                             *
Parmi les livres rapportés de Paris, le mince Let Go de Chloé Mons, journal publié chez Fetjaime relatant les derniers jours d’Alain Bashung, son enterrement et les semaines d’après que l’auteure passe à Marrakech avec leur fille. Mon exemplaire bénéfice d’une dédicace : « Un dernier voyage… Une dernière ballade… Bonne écoute… Chloé Mons ». Sa lecture s’avère décevante.
                                                             *
Le feuilleton de la Saint Romain deux mille quinze s’est achevé mardi soir par la décision des forains de l’annuler, incapables qu’ils étaient d’établir entre eux « le plan de foire » du nouveau lieu.
Leur entêtement à vouloir rester sur les quais bas de la rive gauche a été soutenu par les Centristes de Droite, les Droitistes et les F-Haineux.
Côté bord opposé, leur performance de blocage de la ville a été applaudie par le site Lundi Matin où l’on a vu de l’action révolutionnaire dans ce mouvement poujadiste (ces jeunes gens qui ne rêvent que de flux bloqués, un feu de pneus en ville et les voilà qui bandent).
 

23 octobre 2015


Appelé en urgence par le Réseau Education Sans Frontières à venir soutenir au Tribunal Administratif de Rouen une Géorgienne de Caen, Ketevani U., et sa fille de six ans embastillées à Oissel depuis la veille, j’y arrive un peu avant quatorze heures ce mardi, rejoint par quelques autres membres du Réseau et de la Ligue des Droits de l’Homme. Arrive aussi un journaliste de Paris Normandie.
Etonnés de l’absence de la jeune femme et de son enfant (les escortes policières sont toujours à l’heure), nous en apprenons la raison par Maître Blandine Quevremont, la jeune avocate que leur a trouvé France Terre d’Asile qui tient permanence au Centre de Rétention, laquelle avocate a suspendu sa grève en raison de l’urgence de l’affaire : la jeune femme géorgienne et sa fille sont déjà en route vers l’aéroport de Roissy où les attend un avion pour l’Espagne, premier pays européen dans lequel elles ont mis le pied.
Face à la Juge administrative, Blandine Quevremont ne peut contester la réadmission en Espagne (sa cliente, sans doute ignorante de ses droits, n’a rien fait pendant le délai de recours) mais elle plaide contre le placement au Centre de Rétention. Ni elle ni la Juge ne sont en possession du mémoire du Préfet du Calvados. Il arrive en cours d’audience. Une suspension est nécessaire pour que les deux femmes puissent en prendre succinctement connaissance.
La plaidoirie de l’avocate repose sur deux points. Le premier : Ketevani U. a été mise au Centre de Rétention avec sa fille sans que cette dernière ne soit mentionnée sur les documents, les droits de cette enfant ne peuvent donc être pris en compte, conséquemment aucune mesure particulière n’a pu être prévue pour elle à son arrivée en Espagne. Le second : la France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour l’enfermement des enfants à Oissel (arrêté Popov).
La Juge se retire à la fin de la plaidoirie. Quand elle revient, c’est pour annoncer l’annulation du placement en rétention de Ketevani U. et de son enfant, ce qui a pour effet de permettre à cette Géorgienne de refuser d’obéir aux ordres des Policiers qui l’accompagnent. Il est quatorze heures quarante-cinq. L’avion doit décoller à quinze heures. L’avocate, aidée de la greffière, fait tout ce qu’elle peut pour joindre, à défaut de sa cliente dont elle n’a pas le téléphone, la Préfecture de Caen et la Police des Frontières.
Ketevani U., qui peut-être ne parle pas français, ni ne le comprend, a-t-elle pu descendre de l’avion avec sa fille avant le décollage ? Je crains que non. Personne ne sait ce qu’elles sont devenues.
                                                                *
Le malheur de cette jeune femme est d’avoir résidé à Caen où le Réseau Education Sans Frontières, s’il existe, n’est pas aussi performant qu’à Rouen. Ici, elle aurait été prise en charge, aurait connu ses droits, les aurait exercer. Une famille venue d’Afrique résidant dans la métropole rouennaise vient ainsi d’échapper à un renvoi en Italie.
Profitant de la situation, le Préfet du Calvados a choisi les vacances de la Toussaint pour faire disparaître l’enfant sans qu’on s’en inquiète à l’école.
                                                               *
Cette fois, je n’ai pas pu éviter d’exhiber ma carte d’identité à la greffière pour entrer dans la salle d’audience. Un greffier d’échelon supérieur s’est déplacé pour me montrer la circulaire Vigipirate l’exigeant. Cette mesure dite de sécurité est illusoire. En revanche, comme les listes de présents aux audiences sont conservées, c’est un bel outil de fichage. Vu l’incertitude politique qui règne en France, nul ne peut prévoir quel usage postérieur en sera fait. Les autres présents semblent trouver que je fais beaucoup de bruit pour pas grand-chose.
                                                              *
Lui Président, aucun enfant ne sera enfermé en Centre de Rétention, le plus honteux mensonge de François Hollande.

22 octobre 2015


Depuis trois ans, le dernier vide grenier de Rouen est celui des quais hauts de la rive droite et, pour y aller ce dimanche, je dois attendre que le jour consente à se lever. L’énervement tient les présent(e)s.  C’est l’ultime occasion de faire des affaires de trottoir en deux mille quinze.
Cela incite à acheter n’importe quoi, ou plus cher qu’on ne l’aurait fait en pleine saison. Je n’y échappe pas, payant à quelqu’un de ma connaissance, deux euros pièce, des livres que je n’aurais achetés qu’un euro auparavant, et me disant un peu plus loin que j’aurais mieux fait de m’abstenir.
-Il faut que tout ça disparaisse, dit une femme à propos des vêtements qu’elle vend, je dois faire de la place dans mes placards.
-Moi je ne peux pas, lui répond une autre, j’ai des sentiments pour mes vêtements.
Ce déballage s’étend aussi dans les rues attenantes. J’arrive au bout de celle nommée Saint-Etienne-des-Tonneliers. La dernière vendeuse est une jolie jeune femme blonde qui m’adresse la parole :
-Je vous lis tous les jours, mais vous ne trouverez rien de culturel chez moi.
                                                         *
Des spectacles proposés par le Centre Dramatique National de Haute-Normandie la saison dernière, je n’ai eu envie de voir, à mon contentement, que les deux mis en place en douze jours sous la rubrique « labo ».
Le premier « labo » de cette saison aura lieu sans moi. Confié à Sophie Cadieux, comédienne québécoise, il s’intitule Venez dormir au théâtre (« votre lit, vos draps, votre pyjama et votre carnet de bal n’attendent que vous ! »). Ce sera « un parcours guidé avec des jeux, des histoires, du cinéma, du karaoké, de la danse… » puis « l’heure du dodo sonnera vers 4h ».
Si fallait montrer que le festivisation et l’infantilisation vont de pair, c’est réussi.
                                                         *
J’apprends par le catalogue automne-hiver des Musées de la Ville de Rouen que le tableau de Claude Monet Portail de la cathédrale de Rouen, temps gris va être décroché pour être restauré.
Si tout se passe bien, on raccrochera Portail de la cathédrale de Rouen, temps ensoleillé.
 

21 octobre 2015


Du jazz à l’Opéra de Rouen samedi soir, cela entraîne une salle pleine et c’est donc un strapontin qui m’est offert pour le concert de l’Américaine Dianne Reeves, ce dont je ne me plains pas car il est confortable, me permet d’allonger les jambes et de voir l’entièreté de la scène où, c’est l’usage, Michel Jules, Président de Rouen Jazz Action, fait son petit discours, insistant sur la renommée mondiale de son invitée, avant-hier à Cracovie, demain à Bari.
Mère trompettiste, père chanteur, oncle contrebassiste, Dianne Reeves était destinée à la musique. C’est aujourd’hui une célébrité du jazz, mais si je savais, quand elles étaient vivantes, qui étaient Ella Fitzgerald, Nina Simone, Billie Holiday ou Sarah Vaughan, d’elle je ne sais rien.
Après un long préambule instrumental, un Summertime permettant aux quatre musiciens de montrer l’étendue de leur talent (Peter Martin au piano, Romero Lubambo à la guitare, Reginald Veal à la contrebasse, Terreon Gully à la batterie et aux percussions), Dianne Reeves, vêtue d’une robe aux imprimés d’Afrique, apparaît côté cour. Je suis vite séduit par sa voix chaude et puissante, par ses improvisations et sa capacité à faire chanter le public (mais pas moi).
Je comprends peu ce qu’elle dit et chante mais assez pour deviner qu’il s’agit de jouir des plaisirs de la vie dont elle a une vision positive. C’est du clean jazz. Le temps semble passé des chanteuses noires à la vie chaotique évoquant les questions sociales et raciales, certaines allant de revers en revers jusqu’à une fin tragique.
Dianne Reeves et ses musiciens sont ovationnés debout. Terreon Gully offre ses baguettes à une spectatrice particulièrement méritante.
                                                                 *
Dans ma boite à lettres ce samedi midi, le premier numéro, essentiellement consacré à Dominique A, d’Equilibre Fragile, élégante revue oxymorique rouennaise. Il m’est offert par l’ami Guillaume Delcourt qui y signe un billet suédois intitulé Hallå Där ! Un autre billet est signé de l’ami parisien Philippe Dumez, une recension des enregistrements pirates du chanteur, un texte piégeux dans lequel je tombe la tête la première.
De la longue interviou de Dominique A par Thierry Jourdain et Pierre Lemarchand, réalisée à Magny-le-Hongre (Seine et Marne), je retiens ceci, qu’ils ont mis en valeur : « On ne peut pas échapper à soi-même… Il faut donner à l’auditeur l’illusion que tu te renouvelles ; mais fondamentalement, le renouvellement, je n’y crois pas. Je crois que tu creuses ton sillon, intelligemment ou pas… ».
Mon exemplaire est le numéro deux cent douze (sur deux cent vingt-deux).
 

20 octobre 2015


C’est au tour d’Amnesty International d’organiser sa vente de livres d’occasion à la Halle aux Toiles ce samedi matin. Je retrouve devant la porte encore fermée les habituel(le)s acheteurs et acheteuses, cinq hommes pour une femme, à cheveux blancs ou gris.
-Les jeunes ne lisent plus, affirme l’un. Quand nous serons plus là, y aura plus personne à ces ventes.
Une opinion qui n’est pas la mienne. La section rouennaise d’Amnesty est matinale, commençant sa vente à neuf heures. Les jeunes qui lisent ne se lèvent pas si tôt le ouiquennede.
A l’heure dite, chacun va vers son espoir, vite déçu. La très grande majorité des livres sont les invendus des années précédentes. Il serait temps de mettre tout ça au recyclage, comme on dit à Paris chez Book-Off.
Je trouve un peu à mettre dans mon sac à l’endroit tenu par une femme que je soupçonne d’être une ancienne prof de lettres. Elle organise une sorte de vente dans la vente, où elle regroupe ce qui est de meilleure qualité dans le domaine littéraire. Les autres porteuses et porteurs de chasubles jaunes semblent avoir peu d’intérêt pour ce qui leur permet de recueillir des fonds. Ce sont pour la plupart des retraité(e)s et comme je le constate au moment de payer, l’un et l’une se disputant mes livres, leur engagement dans l’action humanitaire ne les empêche pas d’avoir du mal à se supporter les uns les autres au quotidien.
                                                            *
La disneylandisation de Rouen se poursuit avec l’ouverture d’un « hôtel littéraire » nommé Gustave Flaubert, rue du Vieux-Palais : tableaux représentant les personnages des romans, textes muraux tirés de l’œuvre, extraits sonores et bibliothèque fournie.
C’est la suite logique et privée du parcours Flaubert organisé en ville l’été dernier, dans lequel se sont compromis des artistes locaux vivant de subventions publiques.
 

19 octobre 2015


On s’inquiète de l’éclairage avant l’ouverture des portes à l’Opéra de Rouen vendredi soir. Un technicien fait le diagnostic : « C’est le circuit de jardin qu’est mort ». Cela ne m’empêche pas de bien voir, assis sur une chaise de premier rang. Les musiciennes et musiciens font leur rentrée d’après l’été sur le plateau. Ces derniers sont toujours porteurs de la cravate rouge qui les fait semblables aux gardiens de la Fondation Vuitton. Un certain nombre d’entre eux a rejoint la tribu des néo barbus, avec plus ou moins de réussite. Je note un essai de couleur hardi chez l’une des musiciennes puis Leo Hussain arrive avec sa baguette.
Il lance le Concert Românesc (concerto roumain) de György Ligeti, œuvre de mil neuf cent cinquante et un, aux accents paysans guillerets, qui est fort appréciée. Viennent ensuite le Concerto pour alto et orchestre de Georges Enesco et le Mouvement pour alto et orchestre de György Kurtág qui nous valent la présence de l’altiste Lise Berthaud. Celle-ci a fait autrefois des remplacements dans l’Orchestre. Elle revient à Rouen avec le statut de soliste renommée.
Elle est très applaudie. « Superbe », lui dit Jane Peters, la cheffe d’attaque des premiers violons. Son dernier salut est pour les altistes de l’Orchestre. J’ai du mal a distinguer ce qui relève de la sincérité et ce qui est de l’ordre des convenances.
Après l’entracte est donnée la Symphonie numéro deux en ré majeur de Johannes Brahms. Tout cela fait un bon concert de reprise. Leo Hussain est applaudi copieusement. Il aime cela au point de revenir une fois de trop.
                                                           *
Regardant le journal télévisé régional afin de savoir où on en est avec les forains (plus personne ne le sait), j’y vois apparaître une de mes anciennes collègues du temps où je faisais l’instituteur à Val-de-Reuil. Elle est filmée à Evreux dans un salon académique promouvant l’usage des technologies modernes. Avec un sourire radieux elle dit ce à quoi on pouvait s’attendre. Grâce aux tablettes et au tableau numérique, ses élèves sont attentifs en permanence, alors que sans utilisation de ce matériel leur attention dure très peu. Autrement dit : je ne suis pas capable d’intéresser mes élèves.
 

17 octobre 2015


Jeudi soir, c’est le vernissage de l’exposition des diplômé(e)s (après cinq ans d’études) de la partie rouennaise de l’Esadhar (autrefois l’Ecole des Beaux-Arts). Cela se passe dans les Grandes Galeries de l’aître Saint-Maclou et, contrairement à certaines années précédentes quand je trouvais les œuvres montrées interchangeables, marquées par  l’uniformité, ce que je vois cette année me plaît.
Chacun(e) y est allé(e) de son individualité, tant dans la forme que pour le fond, démentant le titre de l’exposition : R.A.S. De plus, le dispositif retenu pour présenter le travail de chacun(e), un espace carré de deux mètres de côté délimité au sol par un adhésif noir, met en valeur les univers personnels et en fait dialoguer certains. Ainsi se côtoient l’ostentatoire érection de Maxime Verdier, lit couvert où l’on devine un bel engin, et le très discret #Sans titre de Chloé Cavelier, minuscule inscription murale « Just a new one #selfie ».
Me plaît particulièrement la cruauté assumée de sans titre de Victoria Salva, cœur de porc fiché dans le mur par un couteau effilé, et de Danpastsushiki de Mayuko Yamamoto, performance filmée d’une coupe de cheveux radicale (devant l’écran figurent les ciseaux et les longues mèches sacrifiées).
Je repasse par chaque territoire et croise Mieszko Bavencoffe devant le sien. C’est le seul diplômé avec qui j’aie déjà parlé, suite à l’inauguration de l’Ubi. Il me dit qu’il voit dans cette présentation de travaux de fin d’étude une sorte de vide grenier et qu’il a joué ce jeu à fond avec son « mixed media à prix variable » intitulé c’est pas ma faute.
-Et maintenant ? lui demandé-je.
Il me répond qu’exposer n’est pas sa première préoccupation, qu’il a surtout envie de poursuivre, de créer, de s’exprimer. « Bonne continuation, comme on dit », lui dis-je avant de sortir boire un verre.
S’il est une chose constante lors des vernissages beauzarteux, c’est la piètre qualité du vin. Je bois néanmoins mon verre de blanc jusqu’au bout, l’accompagnant des sempiternelles chips, tandis qu’à l’intérieur l’un des diplômés nommé Mathieu Andreï se livre au sein du duo noise Britney à une unique représentation dont il ne restera que la trace incomplète de l’image filmée sans le son.
                                                            *
La presse sur papier n’arrive plus à suivre. « La foire Saint-Romain déménage rive droite », claironnent sur les trottoirs ce vendredi matin les affichettes de Paris Normandie. C’est de l’information d’hier midi, quand un accord signé entre les représentants des forains et les autorités locales et préfectorales faisait penser le conflit terminé. C’était compter sans les forains de base dont un vote a rejeté l’accord. Ils refusent d’installer les manèges sur la presqu’île de Waddington contre la promesse de revenir sur les quais rive gauche face à l’île Lacroix en deux mille vingt-trois. Marcel Campion, « roi des forains » et Président de L’Institut du Monde Festif, devenu soudain légaliste, leur a envoyé un message d’engueulade : «Attention, si vous voulez que vos enfants fassent votre métier reprenez-vous! Si vous ne montez pas la foire 2015, les accords d’avenir sont foutus et la foire avec».
 

1 ... « 301 302 303 304 305 306 307 » ... 349